Rugby : trois questions sur la nomination de Jacques Brunel à la tête du XV de France

Le président de la Fédération française de rugby (FFR), Bernard Laporte, a officialisé mercredi le remplacement au poste de sélectionneur du XV de France de Guy Novès par Jacques Brunel.

Le nouveau sélectionneur du XV de France, Jacques Brunel, le 18 novembre 2017 à Bordeaux (Gironde).
Le nouveau sélectionneur du XV de France, Jacques Brunel, le 18 novembre 2017 à Bordeaux (Gironde). (NICOLAS TUCAT / AFP)

C'est une première dans l'histoire du rugby français. Le sélectionneur du XV de France, Guy Novès, a été débarqué en cours d'exercice. Son remplacement par Jacques Brunel, le manager de Bordeaux-Bègles, a été officialisé, mercredi 27 décembre, par le président de la Fédération française de rugby, Bernard Laporte.

Franceinfo revient sur cette décision inédite.

Pourquoi Guy Novès est-il remplacé ?

Le sélectionneur du XV de France, Guy Novès, le 25 novembre 2017 à Nanterre (Hauts-de-Seine).
Le sélectionneur du XV de France, Guy Novès, le 25 novembre 2017 à Nanterre (Hauts-de-Seine). (FRANCK FIFE / AFP)

Après avoir tout gagné (10 titres de champion de France, 4 coupes d'Europe) en tant qu'entraîneur du Stade Toulousain, Guy Novès a beaucoup perdu avec le XV de France : 13 défaites, pour un nul et 7 victoires. Avec, en point d'orgue, une tournée de novembre 2017 catastrophique, lors de laquelle les Bleus ont concédé cinq défaites et un nul face au Japon.

A ces mauvais résultats sportifs s'ajoutent son inimitié notoire avec Bernard Laporte, une "histoire qui est en train de déchirer le rugby français" selon les mots de l'ancien international Serge Blanco. Toujours selon Blanco, qui a également présidé la Ligue nationale de rugby, Laporte n'a cessé de dire pendant la campagne pour prendre la tête de la FFR que sa première décision serait de limoger Novès, nommé par son prédécesseur, Pierre Camou. C'est désormais chose faite.

Qui est Jacques Brunel ?

Jacques Brunel, entraîneur-adjoint du XV de France, et Bernard Laporte, sélectionneur, le 4 août 2003 à Val d\'Isère (Savoie).
Jacques Brunel, entraîneur-adjoint du XV de France, et Bernard Laporte, sélectionneur, le 4 août 2003 à Val d'Isère (Savoie). (DAMIEN MEYER / AFP)

A l'inverse, le nouveau sélectionneur est un proche du président de la FFR. Jacques Brunel a été l'adjoint de Bernard Laporte quand celui-ci dirigeait le XV de France, de 2001 à 2007. Natif de Courrensan (Gers), Jacques Brunel, 63 ans, a entraîné cinq clubs français (Auch, Colommiers, Pau, Perpignan, où il a décroché le titre de champion en 2009 et Bordeaux-Bègles) et a été sélectionneur de l'Italie. Sous ses ordres, les Italiens ont battu pour la première fois la France en 2013, à Rome.

Partout où il est passé, il a quand même très bien réussi.Laurent Marti, président de l'Union Bordeaux-Bèglesà L'Equipe

Actuel manager de l'UBB, il coachera pour la dernière fois les Bordelais samedi contre le Stade Français.

Pourquoi cette décision fait-elle polémique ?

Bernard Laporte a plusieurs fois expliqué que Guy Novès devait rester jusqu'en 2019, rappelle Midi Olympique. Cette mise à l'écart précipitée fait donc des remous. La méthode – un audit confié à Serge Simon, avec qui Guy Novès entretient de mauvaises relations, un remplacement appris par voix de presse – n'a pas plu au petit monde de l'Ovalie. "Sur la forme, j'aurais aimé plus de respect pour Guy Novès et son staff", explique mercredi l'ancien sélectionneur Marc Lièvremont, dans L'Equipe. "On ne respecte pas les gens qui sont en place et ça m'énerve profondément", déplore dans les mêmes colonnes Patrice Collazo, manager de La Rochelle.

D'autres voient dans Guy Novès un bouc émissaire pratique pour une équipe minée par les blessures et un calendrier trop chargé. "Le mal est si profond que je ne suis pas certain que remplacer X par Y change quelque chose", plaide dans L'Equipe Christian Labit, proche de Guy Novès. Sur franceinfo, Serge Blanco s'interroge lui aussi sur l'impact de la décision : "Nous sommes dans des cycles dans lesquels les joueurs sont les premiers à devoir réagir et où on ne doit pas uniquement changer l'entraîneur." 

Le mal-être est profond et il dure depuis plusieurs années.Serge Blancoà franceinfo

Certains, comme Pierre Berbizier, s'inquiètent de la place prise par Bernard Laporte dans le management de l'équipe de France. "Est-ce que vous connaissez le président de la Fédération anglaise ou néo-zélandaise ? (...) Sur le fond, le politique a pris le pas sur le sportif. Et sur la forme, c’est tout le statut de l’entraîneur qui est dévalué", regrette sur RMC l'ancien sélectionneur. Le tout se déroule dans un contexte compliqué pour la Fédération française de rugby et son sulfureux président. Bernard Laporte est sous la menace d'une éventuelle enquête pénale pour des pressions supposées afin de réduire des sanctions prises envers le club de Montpellier, détenu par l'homme d'affaires Mohed Altrad, sponsor maillot du... XV de France.