Rugby : la fédération française annonce une enquête interne sur la soirée d'Edimbourg

Cette procédure pourrait aboutir à des "sanctions personnalisées".

Louis Picamoles pris en tenaille par des joueurs écossais, le 11 février 2018, lors du match Ecosse-France à Edimbourg (Royaume-Uni).
Louis Picamoles pris en tenaille par des joueurs écossais, le 11 février 2018, lors du match Ecosse-France à Edimbourg (Royaume-Uni). (CHRISTOPHE SIMON / AFP)

L'affaire ne restera pas sans suite. La fédération française de rugby a annoncé, mercredi 14 février, qu'elle allait lancer une "enquête interne" pouvant aboutir à des "sanctions" afin de "faire la lumière" sur la soirée de certains joueurs du XV de France à Edimbourg après la défaite face à l'Ecosse dimanche.

Cette enquête sera confiée à une "commission ad hoc", qui "devra rendre un rapport qui permettra le cas échéant, sur des faits établis, de saisir les organes compétents de la FFR à des fins de sanctions personnalisées".

"L'image de la France" compromise

Estimant que cette soirée a "gravement porté atteinte à l'image de la France et de son équipe de rugby", la fédération rappelle qu'"appartenir à l'une de nos équipes de France est un honneur et exige de chacun de ses membres un comportement exemplaire et digne dont la FFR est la garante".

Des premières sanctions ont été prononcées, mardi. Huit joueurs (Belleau, Danty, Lambey, Picamoles, Lamerat, Iturria, Macalou et Thomas), sortis après la défaite, ont été exclus du groupe retenu pour affronter l'Italie, vendredi 23, à Marseille.