Coupe du monde de rugby 2022 : la formule, les groupes, les favorites... Tout ce qu'il faut savoir sur la compétition

La France ouvre cette Coupe du monde féminine en Nouvelle-Zélande, samedi, contre l'Afrique du Sud.

Article rédigé par
Gabriel Joly - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les Anglaises célèbrent leur victoire contre l'Irlande lors du Tournoi des 6 Nations, le 24 avril 2022. (ADRIAN DENNIS / AFP)

Elle était attendue. Initialement prévue à l'automne 2021, la Coupe du monde féminine de rugby, reportée d'un an à cause de la pandémie de Covid-19, se déroulera du samedi 8 octobre au samedi 12 novembre. Il faudra mettre son réveil tôt pour suivre les rencontres puisque la compétition se tiendra à Auckland et Whangarei, en Nouvelle-Zélande, avec une finale prévue dans le mythique Eden Park, thêatre de celles de 1987 et de 2011 chez les hommes. Tour d'horizon.

L'Eden Park plein pour un match entre les Auckland Blues et les Wellington Hurricanes, le 14 juin 2020. (MICHAEL BRADLEY / AFP)

Une nouvelle formule avec l'introduction de quarts de finale

Comme lors de sept des neuf éditions passées, 12 nations se disputeront la victoire finale lors de ce Mondial (avant un élargissement à 16 dès 2025). Mais contrairement aux dernières fois, World Rugby a choisi de modifier le format de la compétition pour introduire des quarts de finale. L'objectif étant de mettre fin aux habituels matchs de classement, sans grand intérêt, joués par les équipes éliminées en poule. 

>> Le calendrier de la Coupe du monde 2022 à télécharger

Il y aura donc huit qualifiés à l'issue de cette première phase durant laquelle les sélections seront réparties en trois groupes de quatre. Les premiers et les deuxièmes de chaque poule accéderont aux quarts de finale, accompagnés des deux meilleurs troisièmes. "Le fait de placer ce quart de finale donne l'occasion de tester davantage les meilleures équipes avant d'arriver aux demi-finales", avait justifié Katie Sadler, l'ex-directrice générale du rugby féminin, en 2018.

Par ailleurs, la durée totale de la compétition a été rallongée de 23 à 35 jours pour améliorer le bien-être des joueuses, alors que les blessures s'étaient multipliées lors du dernier Mondial en Irlande. L'idée est de permettre des temps de récupération plus longs entre les matchs. Les effectifs sont également élargis, avec 32 joueuses contre 28 précédemment.

Tous les feux au vert pour les Anglaises, les Néo-Zélandaises misent sur leur public

Au vu de l'historique, difficile d'imaginer autre chose qu'un duel de haut vol entre ogresses du rugby mondial. Mis à part la première édition remportée par les Etats-Unis en 1991, la Coupe du monde féminine est restée la chasse gardée des Black Ferns (cinq titres) et des Red Roses (deux titres). Dans l'histoire de la compétition, les deux équipes se sont d'ailleurs disputé quatre des huit finales, dont la dernière en 2017.

Mais avant ce mois de compétition, seules les Anglaises impressionnent. Les joueuses de Simon Middleton n'ont plus perdu depuis juillet 2019. Mieux, elles restent sur deux victoires contre les Néo-Zélandaises lors des test-matchs à l'automne dernier.

Le XV anglais pourra notamment s'appuyer sur une équipe d'expérience à l'image de leur capitaine, la troisième ligne Sarah Hunter, qui aura l'occasion de battre le record de sélections de Rochelle Clark (137 capes) durant cette Coupe du monde. Un luxe que la Nouvelle-Zélande ne pourra pas se payer.

L'ossature des Black Ferns de 2017 a été grandement renouvelée, avec seulement huit championnes du monde sélectionnées sur l'effectif de 32 joueuses. Pour autant, les hôtes de la compétition bénéficieront du soutien de leur pays, qui attend un Mondial sur ses terres depuis onze ans.

Enfin un horizon bleu ?

Malgré une défaite surprise en Italie (26-19), début septembre, pour leur dernier match de préparation au Mondial, le XV de France semble bien être la seule équipe en mesure de concurrencer les deux épouvantails en Nouvelle-Zélande. Non seulement les Bleues rivalisent régulièrement face aux Anglaises mais elles ont également fait tomber les Blacks Ferns à deux reprises en novembre 2021.

Seul hic : les Françaises semblent maudites dans la compétition. Dans le dernier carré de chaque Mondial (hormis en 1998), elles n'ont jamais passé le stade des demi-finales, en témoignent leurs six médailles de bronze. Il leur faudra donc réaliser un exploit à l'occasion de la dernière compétition de la demi de mêlée Laure Sansus, récemment élue meilleure joueuse internationale française de l'année lors de la Nuit du rugby. 

Les groupes

Poule A : Nouvelle-Zélande, Australie, Pays de Galles, Ecosse.

Poule B : Canada, Etats-Unis, Italie, Japon.

Poule C : Angleterre, France, Afrique du Sud, Fidji.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers XV de France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.