Gaël Fickou, trois-quarts centre du XV de France : "Les gens ne se rendent pas compte de la difficulté d'une Coupe du monde de rugby"

L'équipe de France est déjà qualifiée pour les quarts de finale mais n’a pas été épargnée par les critiques sur le jeu après des matchs loin d’être aboutis. Le trois-quarts centre Gaël Fickou répond point par point à ces critiques au micro de franceinfo.

Gaël Fickou, le 11 septembre 2019, au Fuji Hokuroku Park, à Fujiyoshida.
Gaël Fickou, le 11 septembre 2019, au Fuji Hokuroku Park, à Fujiyoshida. (FRANCK FIFE / AFP)

Le XV de France n’a pas encore la tête aux quarts de finale de la Coupe du monde de rugby, au Japon : les Bleus affronteront les Anglais samedi et n'ont jusqu'ici pas été épargnés par les critiques sur le jeu, après des matchs loin d’être aboutis. Le trois-quarts centre Gaël Fickou s’est confié au micro de franceinfo et répond point par point à ces critiques, sans langue de bois.

franceinfo : Même si vous êtes qualifiés, il y a des choses à redire sur la physionomie de vos matchs. Que vaut cette équipe de France ?

Gaël Fickou : C’est une Coupe du monde et les gens ont tendance à l'oublier. Il n’y a pas de vérité. Les joueurs de l’équipe de France de football ont fait des matchs catastrophiques en poule et pourtant, ils sont champions du monde, tout le monde dit bravo maintenant. Je ne dis pas qu’on sera champion du monde, je l’espère, mais on a gagné ces matchs. Il n’y a pas de petits matchs, des matchs faciles. Bien sûr qu’on ne gagne pas nos matchs largement mais on les gagne. Il n’y a pas beaucoup d’équipes qui peuvent le dire. La vérité, elle est là. Il y a quelques mois, tout le monde disait qu’on ne passerait pas. Et finalement, on y est, on fait taire pas mal de monde. Le but, c’est de continuer à faire taire pas mal de monde. C’est facile de dire qu’on n’est pas bons. C’est vrai, on a conscience qu’on ne met pas bien notre jeu en place mais on gagne. C’est le plus important.

Vous êtes remontés contre ces critiques ?

Bien sûr, mais ça nous nourrit ! Je prends plus ça comme une force que comme un truc qui va me faire baisser la tête…

Est-ce que vous pensez que ce n’est pas justifié ?

Il y a des choses qui sont justifiées. Après, les gens ne se rendent pas compte de la difficulté des matchs, la difficulté de cette Coupe du Monde. Ils ne se rendent pas compte que chaque mec joue sa vie et qu’un homme en vaut un autre sur le terrain. Ce n’est pas parce qu’on met le maillot qu’on est meilleur que les autres. Les gens n’en ont pas conscience. Bien sûr que ce n’est pas parfait, mais on a fait le boulot pour l’instant. On est capables de battre n’importe qui. Moi aussi quand je regarde du foot, je critique les équipes qui perdent. Mais nous, on gagne. On doit se nourrir de ça pour être meilleurs.

Est-ce que l’ambiance est bonne entre vous, avec le staff ?

Il y a des moments où c’est un peu plus tendu, où on se dit les choses quand on fait des matchs moyens comme ce week-end. Ce n’est pas facile à entendre tout le temps mais on a trouvé une alchimie qui est plutôt bonne, entre les joueurs et le staff et ça, c’est quand même bien.

Y compris avec votre capitaine Guilhem Guirado qui serait selon une partie de la presse, mis de côté par le staff ?

C’est vous, ça ! On n’en parle pas sincèrement. A aucun moment, cela nous a traversé l’esprit. Notre capitaine, c’est Guilhem, même si vous essayez de dire le contraire (rires).

Gaël Fickou : "Les gens ne se rendent pas compte de la difficulté d'une Coupe du monde de rugby"
--'--
--'--