Tournoi des six nations : pas de Grand Chelem pour les Bleues, battues par des Anglaises réalistes

Les joueuses d’Annick Hayraud se sont inclinées (12-24), samedi, dans le dernier match du Tournoi des six nations contre l’Angleterre, à Bayonne.

Article rédigé par
De notre envoyée spéciale à Bayonne - Justine Saint-Sevin - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Madoussou Fall plaquée par Alex Matthews lors de France-Angleterre, le 30 avril 2022, à l'occaison du dernier match du Tournoi des six nations. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

Pas favori face à l’ogre anglais, le XV de France voulait "tout donner et ne pas avoir de regrets". Les mots d’Annick Hayraud, la manageuse des Bleues, ont été entendus, du moins en partie. Malgré un départ canon, le XV de France a fini par craquer et s’incliner (12-24) dans un match synonyme de finale du Tournoi des six nations - les deux équipes se partageant la tête avant la rencontre. En s’adjugeant la victoire, samedi 30 avril, les Red Roses, qui dominent le classement mondial, ont décroché le Grand Chelem et un quatrième tournoi consécutif. De quoi envoyer un sacré message à la concurrence avant le Mondial d’octobre prochain.  

Les Tricolores, vaillantes, ont fini sur les rotules après s’être employées phase de jeu après phase de jeu. Difficile d’imaginer néanmoins qu’elles n’auront pas de regrets au vu des quelques occasions manquées et des maladresses malvenues qui les ont empêchées de faire douter des Anglaises, qu’on a connues plus sereines.

Le redoutable ballon porté anglais

À chaud, staff et joueuses sortent probablement de cette victoire avec beaucoup de regrets. Mais ils y verront aussi, peut-être, une palette de signaux encourageants. Les Bleues ne finissent pas si loin, malgré le déchet inhabituel de cadres qui avaient jusqu'alors portés cette équipe. Passes dans les chaussettes, jeu au pied pas toujours bien senti, la charnière Sansus-Drouin n’a pas été aussi propre que depuis le début du Tournoi. La pression mise par la défense anglaise n’y est sûrement pas étrangère.  


A 15 minutes du terme, les Bleues inscrivent leur deuxième essai de la partie grâce à Annaëlle Deshaye, son premier dans ce Tournoi. Malheureusement Caroline Drouin manque la transformation, ça fait 12-24 désormais.

Malgré deux essais rageurs de Romane Ménager (4e, 7-0) et  Anaïs Deshayes (67e, 12-24 score final), les Bleues ont loupé plusieurs occasions d’alourdir le score : ballons en touche perdus à proximité de l’en-but, des percées non abouties de Boulard (60e) et Fall (69e), entre autres. En réponse, les Anglaises n’ont presque rien manqué et se sont rassurées dans leur exercice favori : le ballon porté.

Il ne leur a fallu que trois pénaltouches dans les cinq mètres pour se remettre la tête à l’endroit en un quart d'heure. Trois ballons captés, un maul et la petite troupe bien serrée avec le ballon au chaud envoyait tour à tour Davies, Ward et Bern faire le break (12e, 17e, 27e,7-21). L’expérience d’Anglaises plus justes dans les zones de marque a fini par étouffer les espoirs de Bleues, qui restent sur une série de dix défaites dans le Crunch.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers XV de France

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.