Tournoi des six nations : pour ses adversaires, les "Français sont capables de tenir leur place dans la course au titre"

L'Irlande se déplace au Stade de France pour affronter la France en ouverture du Tournoi des six nations, samedi. Quelle place pour une équipe de France en construction ? Tour d'horizon des futurs adversaires des Bleus.

Entraînement de l\'équipe de France de rugby à Marcoussis le 30 janvier 2018.
Entraînement de l'équipe de France de rugby à Marcoussis le 30 janvier 2018. (MAXPPP)

Eddie Jones fait figure d'autorité incontestable sur la planète rugby. Le sélectionneur australien de l'Angleterre peut se targuer d'un bilan unique dans l'hémisphère nord : une seule défaite en deux ans et double tenant du titre dans le Tournoi. Du coup, quand il fait l'éloge de son homologue français, Jacques Brunel, ses propos ont un certain poids. "Historiquement, à chaque fois que les Français ont été en difficulté, ils ont profité de ce moment pour se régénérer, estime Eddie Jones. Et là, avec Jacques Brunel, ils sont un super entraîneur avec beaucoup d’expérience. Il a entraîné des clubs et il était aux côtés de Bernard Laporte quand il s’occupait de l’équipe de France. Maintenant, c’est lui qui est propulsé numéro un. Je pense qu’il va créer le bon environnement pour que l’équipe puisse avancer."

Un "vent d'optimisme" avec un nouvel entraîneur

Jacques Brunel, le meilleur pour relancer une équipe de France en panne de résultat ? Les futurs adversaires des Bleus ne sont pas loin de le penser. L'Irlande semble pourtant au-dessus du lot au vu des trajectoires de ces dernières années. Mais le capitaine aux 106 sélections, le talonneur Rory Best, trouve que le XV de France sort transformé de cette période troublée. "Je pense qu’un vent d’optimisme souffle sur cette équipe. Quand vous faites entrer en piste un nouvel entraîneur, il apporte de nouveaux espoirs une nouvelle fois. Tout est nouveau. Tout ce qu’il va apporter à sa formation", détaille-t-il.

Des joueurs au niveau international

Mais l'entraîneur seul ne suffit pas à faire la force de l'équipe. "On sait aussi à quel point les joueurs français sont bons et à quel point ils peuvent se rassembler rapidement. Et ça, Jacques Brunel sait y faire pour mettre en place une équipe", estime Rory Best. Le rugby français semble donc en passe de se redresser. Mais les joueurs ont-ils vraiment la carrure quand on sait qu'un quart d'entre eux vont découvrir le niveau international ? Gregor Townsend, le sélectionneur de l'Ecosse, deuxième adversaire des Bleus, n'est pas inquiet du niveau de l'équipe de France. "Personne n’en parle trop mais je regarde beaucoup de matchs du Top 14, explique Gregor Townsend. On voit que les joueurs français produisent une qualité de jeu probablement meilleure que celle des autres nations. On en a aussi la preuve à travers leur performance sur la Coupe d’Europe. Alors s’ils arrivent à mettre tous ces joueurs ensemble, à développer le rugby, et à attaquer, ils sont capables de tenir leur place dans la course au titre." D'un côté, des experts optimistes, de l'autre, les éternels bookmakers qui placent la France au mieux cinquième de ce Tournoi. La vérité est sans doute entre les deux.   

Le XV de France vu par ses adversaires du Tournoi des six nations : reportage de Jérôme Val
--'--
--'--