Cet article date de plus d'un an.

Six nations 2023 : une défense imperméable, des difficultés face aux perches... Ce que l'on a aimé et moins aimé lors de la victoire des Bleues contre l'Ecosse

L'équipe de France a largement battu le XV du Chardon, dimanche, pour son troisième match du Tournoi des six nations.
Article rédigé par Maÿlice Lavorel, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
Les Françaises après leur victoire face à l'Ecosse lors du Six nations, le 16 avril 2023. (MAXPPP)

Une démonstration et beaucoup de satisfaction. Le XV de France a étrillé l'Ecosse lors de la troisième journée du Tournoi des six nations, dimanche 16 avril, à Vannes (55-0). Neuf essais inscrits, aucun point encaissé et une réussite presque totale pour des Bleues toujours lancées vers le Grand Chelem.

On a aimé

La défense de fer tricolore

Irrésistibles en attaque, les Bleues se sont aussi illustrées par leur défense sur la pelouse de la Rabine. Gênées par des Ecossaises qui ont tenu le jeu toute la première période, elles ont résisté sans craquer. Installées dans les 22 mètres français pendant deux grosses séquences de possession en début de match, leurs adversaires ne se sont pas montrées dangereuses, bien arrêtées par le rideau tricolore.

Jusqu'à la dernière minute, et alors que le score était acquis depuis longtemps, les Bleues ont veillé au grain, pour conserver le premier "clean sheet" de ce Tournoi. "On est content que les filles aient voulu ne rien lâcher du début jusqu'à la fin, et ne pas encaisser d'essai", a salué la co-entraîneuse Gaëlle Mignot après la rencontre.

Des entrantes au diapason et efficaces

Le staff avait fait le pari d'une large revue d'effectif pour continuer de stimuler ses joueuses. Bien lui en a pris. A Vannes, les anciennes remplaçantes et titulaires d'un soir se sont particulièrement illustrées, à l'image de Mélissande Llorens, désignée joueuse du match pour sa première titularisation, alors qu'elle n'était même pas sur la feuille de match lors des deux premières rencontres.

Remplacée par Morgane Bourgeois contre l'Irlande, Emilie Boulard a inscrit un triplé et régné à l'arrière. Laissée sur le banc depuis le début de la compétition, Gaëlle Hermet y est aussi allée de son essai, tout comme Romane Ménager et Maëlle Filopon, qui fêtaient leur première apparition dans le groupe. Autant de signes de la richesse et de la qualité de ce groupe, encore en construction.

Journée 3 : le résumé de France - Ecosse

Une discipline retrouvée

C'était l'un des points noirs des deux premières sorties des Françaises, qui avaient écopé d'un carton jaune contre l'Italie, et même d'un carton rouge contre l'Irlande. Face à l'Ecosse, les Bleues ont enfin rendu une copie plus propre sur le plan de la discipline. Si elles ont été autant pénalisées que lors de leurs deux premières rencontres (9), elles n'ont cette fois pas été sanctionnées, et ont pu jouer au complet de la première à la dernière minute. "Il y avait un état d'esprit très soudé qui nous a permis de faire ce match-là", a résumé Emilie Boulard.

On a moins aimé

Des transformations à soigner

S'il faut chercher un point négatif dans cette démonstration, on peut mentionner les difficultés face aux perches, qui semblent poursuivre les Françaises. Contre le XV du Chardon, Jessy Trémoulière a affiché un décevant 50% de réussite (4/8). Il a fallu trois tentatives à la joueuse de Romagnat pour enfin passer une transformation, après avoir complètement raté son coup de pied sur la première, et vu la deuxième passer à côté. Rentrée à l'heure de jeu, Clara Arbez a transformé le dernier essai et un peu redressé le bilan français (5/9), qui reste tout de même insuffisant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.