Coupe du monde de rugby 2023 : les organisateurs portent plainte contre X pour vente illicite de billets

Le 20 juillet dernier, GIP France 2023, qui organise la Coupe du monde de rugby, s'est aperçu qu'un individu avait acheté 150 places à l'aide de plusieurs cartes bleues, le tout via la même adresse mail. D'après nos informations, le suspect a pu revendre au moins 33 places, pour un montant à ce jour inconnu.
Article rédigé par Pierre de Cossette, Yannick Falt
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min
Le Stade de France,à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, lors du Tournoi des Six Nations, le 1er février 2019. (FRANCK FIFE / AFP)

GIP France 2023 (Groupement d'intérêt public), organisateur de la Coupe du monde de rugby, qui se tiendra en France du 8 septembre au 28 octobre 2023, a déposé plainte le 11 août pour "vente illicite de titres d'accès à une manifestation sportive". Cette plainte a été déposée contre X, et vise notamment un homme, repéré sur les réseaux sociaux.

>> Coupe du monde de rugby : téléchargez le calendrier complet et découvrez les adversaires du XV de France

Selon la plainte, que franceinfo a pu consulter vendredi 18 août, le suspect a acheté lui-même les billets, depuis Paris, entre le 15 mars 2021 et le 20 juillet 2023. Les reventes s'effectuaient sur l'ensemble du territoire. C'est le service de billetterie du GIP, prévenu par un internaute, qui a donné l'alerte. Le 20 juillet dernier, le service s'est aperçu qu'un individu avait acheté 150 places à l'aide de plusieurs cartes bleues, le tout via la même adresse mail.

Les recherches mènent au profil Facebook de l'individu

Une commande qui a attiré l'attention du GIP : le groupement a alors entamé des recherches qui l'ont conduit jusqu'au profil Facebook de l'individu en question. Le profil offrait la possibilité de racheter des billets pour la Coupe du monde de rugby. Concrètement, explique la plainte, "le revendeur présentait à l'acheteur potentiel un tableau avec l'ensemble des dates, villes, équipes, catégories, places disponibles et les prix à l'unité".

D'après le tableau, également consulté par franceinfo, les acheteurs avaient la possibilité de payer par virement ou par PayPal. Un numéro de portable est également visible pour pouvoir contacter le revendeur sur Whatsapp. Toujours d'après le tableau, une place pour le match d'ouverture France-Nouvelle-Zélande, en catégorie 2, était revendue 1 000 euros, contre 350 euros (prix officiel). Pour ce match, le suspect proposait six places à la revente.

Le suspect a pu revendre au moins 33 places

Si le suspect avait pu revendre les 150 places achetées aux prix auxquels il les proposait, il aurait réalisé un bénéfice d'environ 40 000 euros. D'après nos informations, il a pu revendre au moins 33 places. On ignore le montant de ces transactions et donc le montant du gain empoché.

De son côté, le GIP, organisateur, rappelle qu'il "commercialise de manière exclusive l'ensemble des billets donnant accès aux 48 matchs de la Coupe, lors de différentes phases de vente". A l'exception des grandes agences internationales autorisées à proposer des packs à la vente.

Pour Philippe Vouland, avocat du GIP, contacté par franceinfo, cette fraude représente "un problème de sécurité parce que le GIP France 2023 maîtrise sa vente de places". Il rappelle que "les ventes aux particuliers se font par le site qui est prévu à cet effet" et qu'"elles ont un prix". "La revente est possible sur le site et sans bénéfice", ajoute-t-il. "Là, on a quelqu'un qui fait un bénéfice important et c'est interdit."

"Les gens qui achètent par Facebook se mettent en danger parce qu'on ne sait pas dans quelles conditions [ils le font], et en plus ils se font dépouiller, alors qu'il y a encore des places possibles sur le site officiel de la Coupe du monde à des tarifs normaux."

Philippe Vouland

à franceinfo

Le 6 juillet dernier, le tribunal judiciaire de Paris avait condamné en première instance le site de revente de billets Viagogo à verser plus de 400 000 euros à France 2023, pour avoir revendu, sans autorisation, des billets pour la Coupe du monde de rugby. Dans un communiqué daté du 12 juillet, les organisateurs de la Coupe du monde de rugby s'étaient réjouis de cette décision. Le directeur général de France 2023, Julien Collette, écrivait alors : "A moins de deux mois du tournoi, cette décision permet de lutter contre la revente illicite de billets sur le site internet Viagogo et envoie un signal fort à tout contrevenant."

Découvrez nos grilles de mots mystères exclusives sur le thème de la Coupe du monde de Rugby

jouer maintenant

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.