XV de France : "Ce n'est pas une surprise" estime Dimitri Yachvili au sujet d'Antoine Dupont, nouveau capitaine des Bleus

L'équipe de France de rugby affrontera l'Argentine, le 6 novembre, la Géorgie, le 14 novembre, puis la Nouvelle-Zélande, le 20 novembre.

Article rédigé par
Léo-Pol Platet - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Antoine Dupont a été désigné capitaine du XV de France pour la tournée d'automne, le lundi 25 octobre 2021. (FRANCK FIFE / AFP)

Ils étaient cinq et à la fin il n'en est resté qu'un. En balance avec quatre autres leaders du XV de France, le demi de mêlée Antoine Dupont a été promu capitaine pour les tests d'automne, lundi 25 octobre. Le Toulousain a profité de l'absence de l'habituel titulaire du rôle Charles Ollivon, blessé, a annoncé lundi la Fédération française de rugby (FFR).

C'est d'ailleurs ce dernier qui a assuré la passation de pouvoir, hier, devant le groupe France réuni à Marcoussis (Essonne). Antoine Dupont, qui remplit ponctuellement cette fonction à Toulouse, assurera le capitanat pour les trois matchs que les Bleus disputeront en novembre contre l'Argentine (le 6 au Stade de France), la Géorgie (le 14 à Bordeaux) et la Nouvelle-Zélande (le 20 au Stade de France).

"Un leader naturel" aux commandes

A ses côtés, Gaël Fickou, Grégory Alldritt, Julien Marchand et Anthony Jelonch étaient tous susceptibles de conduire les Bleus en l'absence du troisième ligne de Toulon Ollivon, victime en juin d'une rupture du ligament croisé antérieur du genou gauche.

Mais ce sera bien le demi de mêlée toulousain aux commandes. "Ce n'est pas une surprise sachant que c'est un des meilleurs joueurs du groupe depuis le début de la saison, qu'il occupe un poste à responsabilité et que c'est un leader naturel, estime l'ex demi-de-mêlée du XV de France, Dimitri Yachvili, pour franceinfo: sportIl n’y a que son âge qui pouvait freiner un peu, mais sa maturité sur le terrain a pris le pas sur le reste."

Déjà incontournable en équipe de France par ses performances, le natif de Lannemezan (Hautes-Pyrénées) prend encore un peu plus de galon, en étant nommé pour la première fois capitaine du XV de France.

Indiscutable sportivement

En conférence de presse pour annoncer les 42 hommes sélectionnés pour la tournée d'automne, Fabien Galthié, le sélectionneur, et Raphaël Ibañez, le manager des Bleus, s'étaient montré discrets quant au capitaine pour la tournée. Raphaël Ibanez avait alors énuméré plusieurs critères pour pouvoir hériter de ce poste prestigieux : performance, générosité, humilité, loyauté. Des cases toutes cochées par Antoine Dupont (32 sélections), à commencer par la première.

Le nom du natif des Hautes-Pyrénées, considéré comme l'un des meilleurs joueurs du monde depuis deux saisons, est sans doute le premier couché sur le papier par le sélectionneur Fabien Galthié, lui-même ancien demi de mêlée, au moment d'établir sa composition d'équipe.

Indiscutable sportivement, ce boulimique de rugby a aussi pour lui sa science tactique, selon son coéquipier à Toulouse Thibaud Flament: "il comprend bien le jeu et a la lucidité et le recul pour se rendre compte de ce qui se passe et nous en parler sur le terrain. Il sait aussi nous motiver. Il parle bien, il sent bien le groupe. Il a une belle palette."

"Beaucoup de sérénité et de grandes qualités personnelles"

Joueur le plus expérimenté du groupe France, Fickou (27 ans, 63 sélections) semblait un temps tenir la corde pour le capitanat. Le trois-quarts centre du Racing 92 avait même fait acte de candidature, affirmant dans un entretien à l'AFP qu'il était "temps pour (lui) de prendre des responsabilités".

Il a finalement été coiffé au poteau par Dupont, que le staff aurait pu être tenté de protéger tant il fait déjà l'objet d'attentes énormes en équipe de France. Le demi de mêlée, qui bénéfice d'un bon relationnel avec les arbitres, semble désormais avoir les épaules assez larges pour assumer la pression et son statut de star internationale. "Quand on voit ce qu’il montre sur le terrain, il est exemplaire. Je ne le suis pas au quotidien avec son club mais il dégage beaucoup de sérénité et de grandes qualités personnelles" poursuit Dimitri Yachvili.

Une médiatisation également en hausse

"Peut-être que le rugby a besoin d'un tel porte-drapeau. D'un garçon qui n'est pas dans les frasques, dans les grandes déclarations. Qui est juste un chouette mec de 24 ans", disait de lui la saison dernière son entraîneur toulousain Ugo Mola.

Jusqu'à présent plutôt discret dans les médias, l'Occitan est de plus en plus sollicité. Du plateau de Quotidien à celui de Clique, il commence à se montrer où on ne l'attend pas. Alors qu'il est déjà reconnu par ses pairs, Il semble prendre le chemin pour devenir aussi un leader médiatique, alors que le rugby français peine à se trouver une figure de proue mondialement reconnue depuis les avènements de Frédéric Michalak et Sébastien Chabal. Dupont, très attaché à sa région natale du Sud-Ouest, va être encore davantage exposé ces prochaines semaines. Voire au-delà si Ollivon n'est pas remis à temps pour le Tournoi des six nations.

"La charge en plus que demande en plus ce rôle de capitaine, c’est la relation aux médias, analyse Dimitri Yachvili, capitaine à deux reprises sous le maillot frappé du coq. Il aura de nouveaux rendez-vous à assurer avec les médias, cela peut être de la pression en plus. Mais il sera bien entouré et je pense qu’il va travailler au maximum pour ne pas laisser trop d’énergie là-dedans. C’est souvent là qu’on peut en perdre" conclut "le Yach".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Antoine Dupont

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.