Roland-Garros : d'où vient la terre battue ?

Cet "or rouge" vient du Nord, la région de la brique, avant d'être retraité dans l'Oise. Sa composition est secrète.

France 3

Rafael Nadal en est le roi. La terre battue de Roland-Garros provient du Nord et de ses carrières. C'est à Templeuve qu'une entreprise extrait l'argile qui sera ensuite cuite dans des fours pour former des briques. Sur les 30 000 tonnes produites chaque année, 1 000 échappent au savoir-faire des employés. Les déchets sont stockés sur un parking, puis revendus à une autre usine, Supersol, dans l'Oise. Un ouvrier les fait passer huit heures par jour dans un broyeur. Il en sort de "l'or rouge". 

Les sportifs exigeants

Roland-Garros est le premier client de l'entreprise, mais le tournoi a ses exigences. "Une terre plus fine, qui a une formule secrète", détaille Benjamin Alameda, directeur de Supersol. Chaque matin, dès l'aube pendant le tournoi, les cours sont raclés, puis égalisés. Des soins auxquels sont sensibles les joueurs. "Ils veulent avoir tous les paramètres de la surface", détaille Bruno Slastan, responsable de l'entretien des cours. Au-delà des tactiques, le gagnant est aussi celui qui maîtrise le mieux sa glisse sur terre battue.

Le JT
Les autres sujets du JT
Gaël Monfils lors du premier tour du tournoi de Roland-Garros, le 25 mai 2015, à Paris.
Gaël Monfils lors du premier tour du tournoi de Roland-Garros, le 25 mai 2015, à Paris. (MIGUEL MEDINA / AFP)