Cet article date de plus de deux ans.

"On ne pourra pas s'adapter comme ça ad vitam æternam" : confiné chez lui, Yohann Diniz s'entraîne pour les Jeux olympiques

Comme tous les Français, les sportifs de haut niveau sont confinés chez eux pour lutter contre la pandémie de coronavirus. L'athlète Yohann Diniz s'adapte pour continuer à s'entraîner.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Yohann Diniz lors du championnat de France de marche, le 17 mars 2019 à Epinal (Vosges). (JEROME HUMBRECHT / MAXPPP)

Depuis mardi 16 mars, date du début du confinement pour endiguer la propagation du coronavirus Covid-19, ses voisins ne le voient plus passer avec son allure si particulière propre aux marcheurs. Le recordman du monde du 50 km marche est privé de ses longues sorties d'entrainement. Yohann Diniz a decidé de s'organiser en essayant de positiver. "J'ai installé une petite salle chez moi avec des élastiques, des poids et des tapis", raconte l'athlète.

>> Suivez les dernières informations sur le confinement et l'épidémie de coronavirus dans notre direct

"Je fais pas mal d'entretien physique pour l'instant, et puis j'ai récupéré un 'home trainer' [un vélo d'appartement] où je peux faire du vélo chez moi. Il faut trouver des solutions pour s'adapter", poursuit Yohann Diniz. "On s'adapte mais on ne pourra pas s'adapter comme ça ad vitam æternam."

On ne peut pas faire un quart de préparation si on veut aller aux Jeux olympiques.

Yohann Diniz

à franceinfo

Pour le marcheur, "il faut être à 100%. Après c'est aussi un bon moyen de se poser un peu. Ça peut aussi faire un petit peu du bien, d'être un peu plus recentré sur l'essentiel."

Des conseils pour les athlètes

À 42 ans, dont 15 années au plus haut niveau, Yohann Diniz est le doyen de l'équipe de France d'athlétisme. Fort de cette expérience, il prodigue quelques conseils aux sportifs amateurs confinés comme lui. "On peut continuer à travailler sur la préparation physique : le travail de gainage, de renforcement musculaire, d'assouplissement, d'étirements... Et puis après on peut faire aussi un travail lié au souffle", raconte le Français. "Travailler un peu plus sa respiration, faire des exercices d'apnée et d'introspection, cela peut porter ses fruits derrière quand on repart courir ensuite", avoue-t-il. 

Jeudi 19 mars, le Comité national olympique a validé comme prévu la sélection de Yohann Diniz pour des Jeux olympique de Tokyo, qui sont, eux, toujours en suspens.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.