Mondiaux de natation : à un an des Jeux olympiques de Paris 2024, l'eau libre française n'est pas au niveau

Les nageurs français d'eau libre n'ont réussi à se hisser sur aucun podium au terme des cinq épreuves des Mondiaux de natation de Fukuoka, une première depuis dix ans.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 2 min
La nageuse française Aurélie Muller lors du 5 kilomètres des Mondiaux de natation, le 18 juillet 2023 à Fukuoka (Japon). (KEMPINAIRE STEPHANE / AFP)

Zéro pointé pour la natation française en eau libre. Si les plongeurs tricolores sont montés sur le podium lors des championnats du monde de natation (du 15 au 30 juillet), à Fukuoka (Japon), les spécialistes de l'eau libre ont fait chou blanc, une triste première depuis dix ans. A un an des Jeux olympiques de Paris, les acteurs de la discipline prônent pour une "remise en question". Urgente à un an des Jeux olympiques de Paris.

L'année dernière, Budapest avait permis aux Bleus de décrocher deux médailles d'argent individuelles. La baie du Momochi Seaside Beachpark de Fukuoka n'a en revanche pas souri à l'équipe de France, qui n'a pas fait le poids face aux Allemands (cinq médailles dont quatre titres) et aux Italiens (trois médailles).

Marc-Antoine Olivier a été privé de sélection aux Mondiaux de Fukuoka (Japon) pour "non-respect de valeurs et de principes de fonctionnement collectif", a expliqué la Fédération française de natation. (KEMPINAIRE STEPHANE / AFP)

En l'absence de Marc-Antoine Olivier, non-sélectionné pour raisons disciplinaires, le meilleur résultat en individuel est venu de l'expérimentée Aurélie Muller, septième du 5 km, tandis que le relais mixte n'a pris que la cinquième place, jeudi, loin derrière les vainqueurs italiens. Dans la seule distance figurant au programme des Jeux olympiques, le 10 km, les Françaises Anastasiia Kirpichnikova et Océane Cassignol ont pris les 13e et 16e places, tandis que Logan Fontaine et Sacha Velly ont terminé 9e et 12e.

"On s'est fait casser la gueule"

"On s'est fait casser la gueule", avait alors résumé Stéphane Lecat, le patron de l'eau libre française. "On est forcément déçus. Dans le relais on s'attendait à jouer pour la troisième place, et globalement on est assez déçus de toutes les épreuves", a admis de son côté le directeur technique de la natation française, Julien Issoulié. "Il va falloir qu'on se pose des questions."

A l'issue du relais, les nageurs français n'ont pas caché leur déception. "Il faut regarder la réalité en face, on finit cinquièmes parce qu'on n'a pas le niveau, tout simplement", a estimé le dernier relayeur David Aubry. "A un an des Jeux, il va falloir se remettre en question pour performer l'année prochaine. C'est bien beau de se dire qu'on est Français et que les Jeux sont chez nous, mais justement, il faut bosser." Interrogée sur les axes à travailler d'ici les Jeux, Aurélie Muller, vice-championne du monde du 5 km l'an dernier, a opté pour une réponse lapidaire : "Tout. Il y a tout à revoir."

La remise en question va débuter après quelques jours de repos. Les Bleus vont se retrouver pour un stage à Vichy, où ils ont prévu de mettre les choses à plat avant l'étape de Coupe du monde prévue à Paris, les 5 et 6 août prochains.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.