Mort de Diego Maradona : "Il représentait l'âme latino-américaine", analyse Pascal Boniface

Décédé mercredi 25 novembre des suites d'un arrêt cardiaque, Diego Maradona ne limitait pas son champ d'expression au seul football, comme l'explique Pascal Boniface.

Contrairement à l'autre roi du football qu'est Pelé, l'Argentin Diego Maradona, décédé mercredi 25 novembre à l'âge de 60 ans, n'a pas hésité à s'engager en politique. "Il était plus clivant, mais il représentait surtout l'âme latino-américaine, qui s'oppose farouchement aux États-Unis," décrypte Pascal Boniface, directeur de l'Iris (Institut des relations internationales et stratégiques). El Pibe de Oro n'a par exemple pas hésité à critiquer George W. Bush après le début de la guerre d'Irak.

Contre l'Angleterre, une "revanche diplomatique"

Et même sur les terrains de football, le meneur de jeu argentin pouvait, indirectement du moins, faire de la géopolitique. Le succès inoubliable obtenu contre l'Angleterre (2-1) à l'occasion du Mondial-1986 en a été l'illustration parfaite. "Ce match a eu lieu quatre ans après la guerre des Malouines et c'était une victoire sportive autant qu'une revanche diplomatique de l'Argentine face à l'arrogance britannique," relève le géopolitologue.

Le JT
Les autres sujets du JT
La fameuse \"Main de Dieu\", le but inscrit contre l\'Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde 1986 par Diego Maradona.
La fameuse "Main de Dieu", le but inscrit contre l'Angleterre en quart de finale de la Coupe du monde 1986 par Diego Maradona. (SVEN SIMON / PICTURE-ALLIANCE / AFP)