Reportage "Les Mondiaux seront forcément utiles" : à deux mois des JO, les judokas français en répétition aux championnats du monde à Abou Dhabi

À un peu plus de deux mois de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Paris, les championnats du monde de judo débutent dimanche aux Émirats arabes unis.
Article rédigé par Nicolas Peronnet
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
le judoka Luka Mkheidze assiste à un entraînement au Dojo de Paris, le 6 février 2024. Photo d'illustration. (DIMITAR DILKOFF / AFP)

Les pieds aux Emirats mais la tête à Paris. Neuf des 14 sélectionnés olympiques français ont décidé de participer aux championnats du monde de judo, qui débutent dimanche 19 mai à Abou Dhabi aux Émirats arabes unis, avec pour objectif de décrocher un titre ou une médaille mais surtout de peaufiner la préparation pour Paris 2024. La star du judo français Teddy Riner a décidé de faire l’impasse sur ces Mondiaux.

Seulement 69 jours séparent l’entrée en lice dimanche de Luka Mkheidze à Abou Dhabi de son premier combat aux Jeux olympiques le 27 juillet. La proximité de l’échéance olympique rend ces championnats du monde très particulier. "Les Mondiaux vont être forcément utiles parce que c'est exactement la même configuration que les Jeux olympiques, indique Luka Mkheidze. Je vais affronter ceux qui seront aux Jeux et prendre encore quelques informations sur mes adversaires. Et ça, ça va être très important."

"Ce sont deux compétitions différentes"

Pour beaucoup la dernière étape sur la route des Jeux passe donc par Abou Dhabi. Amandine Buchard, qui elle aussi combat dimanche, n’a pas hésité une seconde à s’aligner sur ces championnats du monde qu’elle n’a jamais remporté. "C'est une compétition pour mieux me préparer pour les Jeux, développe Amandine Buchard. Maintenant, si je suis championne du monde, ça ne voudra pas dire que je serai championne olympique. Si je perds les championnats du monde, ça ne veut pas dire que je perdrai les Jeux olympiques. Pour moi, ce sont deux compétitions différentes. Je ne veux pas créer de lien entre les deux."

"Maintenant, si je suis championne du monde, tant mieux. Je pense que j'arriverai sur les Jeux olympiques un peu plus légère parce que ce sera un objectif de carrière qui aura été coché. Donc je ne vois que du positif dans la participation à ce championnat."

Amandine Buchard

à franceinfo


Mais au-delà de la préparation, la course au classement mondial fait aussi entièrement partie de la réflexion. "On a des athlètes qui, de facto, en allant chercher des points, peuvent rentrer aussi parmi les têtes de série, explique Frédérique Jossinet, en charge de la performance à la fédération française de judo. Déjà, ça, c'est une vraie stratégie par rapport au tirage des Jeux qui est vraiment très importante quand on sait que 90% des athlètes sur les podiums olympiques sont parmi les têtes de série à la ranking liste."

Assurer sa place dans les huit meilleurs du classement mondial pour bénéficier d’un tirage plus clément aux Jeux olympiques, c'est l’objectif notamment de Clarisse Agbegnenou, actuellement 9e dans sa catégorie. Elle visera mardi un 7e titre de championne du monde. 

Les enjeux des championnats du monde pour les judokas français : reportage de Nicolas Péronnet

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.