France-Norvège : "Un peu une revanche de l'Euro 2020", pour Pauletta Foppa et les Bleues

Samedi, la veille de la finale des championnats du monde de handball, la pivot des Bleues a rappelé l'historique récent entre la France et la Norvège.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Pauletta Foppa lors de la demi-finale contre le Danemark, vendredi à Granollers (Espagne). (JAVIER BORREGO / ANADOLU AGENCY)

Après 2003 et 2017, l'équipe de France de handball féminin va-t-elle ajouter un troisième titre mondial à son palmarès ? Après leur victoire renversante contre le Danemark (23-22) vendredi, les joueuses d'Olivier Krumbholz ont rendez-vous en finale avec la Norvège, dimanche 19 décembre, à 17h30. Des retrouvailles, en somme, puisque les Norvégiennes avaient battu les Françaises en finale de l'Euro 2020 il y a un an (22-20). En conférence de presse, la pivot Pauletta Foppa et l'ailière Coralie Lassource ont affiché leur enthousiasme avant de retrouver les Scandinaves.

Ce France-Norvège est-il une affiche rêvée ?

Pauletta Foppa : "Je pense que pour les fans de handball, oui. Pour ma part, c'est un peu une revanche de l'Euro 2020. On a perdu de deux buts. On se connaît très bien, on a joué à deux reprises cet été avant les Jeux olympiques (NDLR : contre la Norvège, pour un nul et une défaite), donc ça va être une belle finale."

Coralie Lassource : "Cela devient un classique. Il y en a eu pas mal en finale (NDLR : dont les Mondiaux 2011 et 2017). Ça va être quelque chose d'intense. Elles vont nous attendre, on va les attendre. On va tout donner. Il n'y a plus qu'une marche à franchir pour cette médaille d'or. On n'a pas gagné ces huit matchs pour rien. Il faut gagner, et on essaiera d'y mettre la manière."

Quel sentiment prédomine au lendemain d'une telle demi-finale remportée au forceps contre le Danemark ?

PF : "On ne réalisait pas. On se disait 'On a gagné !'. On a été menées pendant 56 minutes je crois, donc c'était très compliqué. On réalise par rapport à des vidéos que l'on voit sur les réseaux sociaux, ou nos proches qui nous disent qu'on les a fait paniquer. Mais on a l'impression que ce n'est pas terminé non plus." 

CL : "J'ai encore du mal à y croire. Le match était tellement palpitant, c'était un soulagement à la fin, mais le sentiment était un peu mitigé parce que l'on a fait le pire match de la compétition. Mais on a quand même réussi à se qualifier pour la finale, c'est quand même un truc extra. On a laissé des traces sur ce match, que ce soit physiquement ou mentalement.

C'est encore un peu dur, parce qu'après les soirées de match, on ne dort pas forcément super bien. Quand on va commencer à travailler la Norvège, là on va s'en rendre compte. C'était assez bizarre, on était toutes contentes. On se disait 'Waouh, on l'a fait, est-ce que c'est réel ?' C'est assez étrange comme sensation, je n'arrive pas à trouver de mots pour définir ce que l'on ressent à l'heure actuelle."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Championnat du monde de handball

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.