Football : la carrière de Zlatan Ibrahimovic en neuf photos

Article rédigé par franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'attaquant suédois a annoncé sa retraite sportive à 41 ans, dimanche, après une riche carrière.

Milan lui a adressé un dernier "Godbye" (jeu de mots entre God, Dieu en anglais, et goodbye, au revoir) via un tifo géant. Avec quelques larmes, Zlatan Ibrahimovic a annoncé, dimanche 4 juin, la fin de sa carrière professionnelle, après une vingtaine d'années à terroriser les défenses adverses. Le Suédois, trahi par son corps ces dernières saisons, aura marqué sa génération, par son style sur le terrain et sa gouaille en dehors.

Adepte des déclarations tapageuses, entre traits d'esprit et manifestation d'ego, Ibrahimovic restera bien plus qu'un beau parleur. Racé et technique, puissant mais incroyablement agile pour sa taille, le joueur de 41 ans aura inscrit près de 500 buts durant son riche parcours. Pour résumer l'un des avant-centres de son ère il fallait bien neuf clichés, de ses débuts à son amour viscéral pour Milan, en passant par ses années PSG.

Esthétique sobre mais maillot de légende, Zlatan Ibrahimovic n'est encore qu'un espoir du football quand le 17 septembre 2002, à 20 ans, il inscrit ses deux premiers buts en Ligue des champions avec l'Ajax Amsterdam contre l'Olympique lyonnais. Le club néerlandais est celui avec lequel "Ibra" se révèle aux yeux de l'Europe. (MARCEL ANTONISSE / MAXPPP)
Après trois ans aux Pays-Bas, Zlatan Ibrahimovic devient la terreur du Calcio. Il signe d'abord à la Juventus en 2004, avant que le club piémontais ne soit relégué après un scandale de matchs truqués. Il ne tarde pas à rebondir en 2006 à l'Inter Milan. Rapidement indiscutable et adulé, il remporte cinq titres de champion d'Italie consécutifs (les deux premiers avec la Juve seront ensuite retirés du palmarès du club). Sa saison 2008-2009 est un carton plein : meilleur buteur de Serie A et meilleur joueur de la saison. (ANDREAS SOLARO / AFP)
Au sommet, Zlatan Ibrahimovic fait craquer le FC Barcelone en 2009, pour ce qui est alors le plus gros transfert de l'histoire du club. Mais son aventure en Catalogne ne se passe pas comme prévu. Il décroche la Liga, mais bute en demi-finale de la Ligue des champions contre son ancien club de l'Inter, futur vainqueur de la compétition avec en pointe Samuel Eto'o, ex-Barcelonnais, qui avait fait le chemin inverse. La Ligue des champions le fuira toute sa carrière. Le Suédois ne reste qu'un an chez les Catalans, faute d'avoir la pleine confiance de l'entraîneur Pep Guardiola. (MANU FERNANDEZ / AP)
Ibrahimovic fait son retour en Italie, mais chez l'ennemi juré de l'Inter, l'AC Milan. Plus qu'un nouveau départ, c'est le début d'un amour passionnel entre les Rossoneri et leur attaquant. Chouchou de San Siro, il empile les buts, en particulier durant la saison 2011-2012 (35 en 44 rencontres). Le Milan retrouve le sommet de la Serie A en 2011, sept ans après son dernier titre. (ALBERTO PIZZOLI / AFP)
Empêtré dans les difficultés financières, le Milan doit vendre Ibrahimovic. Le Paris Saint-Germain, nouveau riche de la scène européenne, saisit l'opportunité de tenir sa première grande star internationale à l'été 2012. Dans la capitale, "Zlatan" est comme un prince, qui règne sur les pelouses et dont la personnalité en fait une vedette bien au-delà du sport. En quatre ans au PSG, il remporte douze trophées dont un quadruplé en championnat (trois fois meilleur buteur). Mais toujours pas de Ligue des champions, alors que Paris ne parvient pas à passer le cap des quarts de finale. (FRANCK FIFE / AFP)
Un soir de novembre 2012, Zlatan se transforme en "Ibracadabra". Durant le match avec la sélection suédoise, il inscrit un but somptueux contre l'Angleterre, un retourné acrobatique à 30 mètres du but pour lober le gardien adverse. Un geste fou, instinctif, d'une précision exceptionnelle et qui demande une dextérité dont l'attaquant a notamment hérité de sa pratique des arts martiaux. Un but "so Zlatan", passé à la postérité, parmi les nombreux bijoux dont il a gratifié la planète football. Ibrahimovic ne parviendra pas néanmoins à faire de la Suède un grand d'Europe, malgré ses 62 buts en 122 sélections. (ALLARD LASSE / AFP)
Après Paris, Zlatan Ibrahimovic découvre en 2016 un nouveau championnat, la Premier League avec Manchester United. Mais il subit sa première grave blessure, une rupture des ligaments croisés du genou, et quitte les Red Devils après seulement deux saisons et une première expérience sans remporter le championnat. Il se lance alors dans un nouveau défi à sa mesure : être la superstar absolue d'une ligue émergente, la MLS nord-américaine avec le Los Angeles Galaxy. Il y restera deux ans, entre phénomène marketing et expérience sportive mitigée. (BRANDON PARRY / MAXPPP)
L'incertitude sur sa fin de carrière flotte quand il décide de revenir début 2020 à l'AC Milan, sa "deuxième ville", sa "deuxième maison". Ibrahimovic découvre un nouveau statut, celui de vétéran appelé pour aider à redresser un géant déchu. Au sein d'un groupe rajeuni, le Suédois joue son rôle de leader avec brio. Et le Milan redevient champion d'Italie en 2022, le dernier grand accomplissement de la carrière de son avant-centre. (MARCO BERTORELLO / AFP)
Jusqu'au bout, Zlatan Ibrahimovic aura tout donné au football, notamment sa santé. Il serre les dents, et termine la saison 2021-2022 avec un ligament croisé rompu. Opéré une nouvelle fois du genou, Ibrahimovic voit son corps le pousser vers la fin, à 41 ans. Non sans quelques lignes de plus à son histoire, comme le titre du buteur le plus âgé dans un match de Serie A. Il dit finalement "adieu au football" le 4 juin 2023, au terme de sa 25e saison. (PIERO CRUCIATTI / AFP)

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.