Foot : "Il est temps de dire adieu au football", annonce Zlatan Ibrahimovic, qui prend sa retraite à 41 ans

L'attaquant de 41 ans, ancien joueur du Paris Saint-Germain, a annoncé dimanche qu'il prenait sa retraite. En 22 ans de carrière, le Suédois a inscrit 493 buts.
Article rédigé par Denis Ménétrier, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min
Zlatan Ibrahimovic a fait ses adieux aux supporters de l'AC Milan et au football, au stade San Siro, le 4 juin 2023. (GABRIEL BOUYS / AFP)

Partout où il est passé, Zlatan Ibrahimovic n'a jamais laissé personne insensible. Des milliers de supporters de l'AC Milan l'ont ressenti, dimanche 4 juin, au stade San Siro. Après la victoire (3-1) des Rossoneri contre le Hellas Vérone lors de la dernière journée de Serie A, le club a célébré son attaquant suédois, qui a annoncé au public prendre sa retraite, à 41 ans. "Il est temps de dire adieu au football", a lancé Ibrahimovic, des larmes plein les yeux, comme certains de ses coéquipiers.

Cette année, le géant suédois n’aura pas été très présent auprès de ces derniers. Pour sa dernière saison comme footballeur, Ibrahimovic n’a disputé que quatre matchs, le dernier le 18 mars contre l'Udinese. L’histoire retiendra qu’il avait marqué ce jour-là et porté le brassard de capitaine de l’AC Milan. Les tifosi milanais lui ont rendu un bel hommage avec un tifo où il était écrit "GodBye".

À Milan comme ailleurs, Ibrahimovic a toujours marqué les esprits. Formé à Malmö, le Suédois a rejoint l’Ajax Amsterdam à 19 ans, avant de découvrir la Serie A avec la Juventus et l’Inter Milan, le rival de l'AC Milan. C’est en Italie, dans un championnat réputé coriace pour les attaquants, qu'Ibrahimovic s’impose comme l’un des meilleurs buteurs du continent. Avec l’Inter, il remporte trois titres de champion d’affilée entre 2006 et 2009.

Fâché avec la Ligue des champions

Malgré de bonnes statistiques, sa saison 2009-2010 au FC Barcelone, qu’il rejoint pour un montant de 70 millions, est considérée comme un échec. Sa relation avec Pep Guardiola n'est pas bonne et le Suédois quittera la Catalogne aussi rapidement qu'il est arrivé. C’est de là que part son histoire d’amour avec l’AC Milan, aussi courte qu'intense puisqu'il jouera deux petites saisons entre 2010 et 2012, avant son retour dans la capitale lombarde en 2019. Par la suite, Ibrahimovic devient surtout le premier joueur d’envergure mondiale à rejoindre le Paris Saint-Germain, dont les nouveaux propriétaires qataris veulent conquérir l'Europe, à l’été 2012.

Ibrahimovic a alors 31 ans mais se trouve dans la forme de sa vie. Les titres de champion de France s’enchaînent, comme ceux de meilleur buteur pour le Suédois. Sa forte personnalité – il n’hésite pas à affirmer qu’il a rendu la Ligue 1 "plus prestigieuse" – fait de lui une célébrité en France. Le terme "zlataner", qui signifie battre son adversaire – en l’humiliant, de préférence – s’impose dans le vocabulaire courant et est souvent utilisé en plateau dans les médias.

Zlatan Ibrahimovic soulève l'Hexagoal, récompensant le champion de France, avec ses coéquipiers du PSG, le 14 mai 2016. (FRANCK FIFE / AFP)

Avec le PSG – dont il est le troisième meilleur buteur de l’histoire (154 buts) –, Ibrahimovic marche sur la Ligue 1, comme lors de cette victoire à Troyes en mars 2016 au cours de laquelle il inscrit un quadruplé (9-0). Il symbolisera, avec Laurent Blanc notamment, l’une des meilleures périodes de Paris sous pavillon qatari. Un PSG jamais rassasié, toujours enclin à inscrire un but de plus. Il remporte 12 titres à Paris, son plus gros total dans un club.

Une star aux États-Unis

Mais, à l’instar du PSG, Ibrahimovic n’a jamais conquis l’Europe. Avec le club parisien, il vivra quatre éliminations de suite en quarts de finale et sera décrié pour son inefficacité dans les grands matchs. La Ligue des champions restera comme le trophée manquant à son immense palmarès (32 titres). En équipe nationale, Ibrahimovic s’est imposé comme le meilleur joueur et buteur de l’histoire de la Suède (122 sélections, 62 buts), mais n’a jamais pu envisager de conquérir l’Euro ou la Coupe du monde.

Ibrahimovic, ce sont aussi des gestes de pure folie, des reprises acrobatiques dont seul lui avait le secret. Grand amateur d’arts martiaux, le Suédois a plus d’une fois utilisé ses qualités acquises en les pratiquant pour "zlataner" ses adversaires. À Paris comme ailleurs, il a ainsi inscrit des buts qui resteront dans les mémoires. À l’image de ce retourné acrobatique marqué de plus de 25 mètres avec la Suède contre l’Angleterre en novembre 2012.

Avant de revenir en roi à Milan, Ibrahimovic avait aussi découvert l’Angleterre, avec Manchester United, où il avait subi une grave blessure au genou. À 36 ans, son corps commençait alors à le rappeler à l’ordre, ce qui ne l’a pas empêché de vivre l’"American way of life" avec les Los Angeles Galaxy en 2018 et 2019. Véritable star de la MLS, le championnat de football des États-Unis, Ibrahimovic déclarera plus tard, dans son style le plus pur : "J’étais trop fort pour la MLS."

Revenu à Milan en 2020, le Suédois a moins joué ces deux dernières saisons, mais a tout de même connu la joie d’un nouveau titre de champion l’an dernier en Serie A, aux côtés des Français Mike Maignan, Theo Hernandez, Pierre Kalulu et Olivier Giroud. Les quatre étaient présents à San Siro et émus aux larmes au moment de voir l’un des plus grands attaquants de ce début de siècle mettre un terme à sa carrière.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.