Ligue des champions : Chelsea écarte le Real Madrid et rejoint Manchester City en finale

Chelsea rejoint Manchester City en finale de la Ligue des champions après son succès contre le Real Madrid (2-0).

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le bonheur de N'Golo Kanté et des Blues de Chelsea, qualifiés pour la finale de la Ligue des champions en éliminant le Real Madrid de Thibaut Courtois, le 5 mai 2021. (GLYN KIRK / AFP)

L'année effective de son Brexit, l'Angleterre s'est réinventé un destin européen en plaçant deux équipes en finale de la Ligue des champions. Moins flamboyant que Manchester City contre le PSG, Chelsea s'est offert la tête du Real Madrid, recordman des victoires dans la compétition, mercredi 5 mai à Stamford Bridge. Décrié pour son manque de réalisme, Timo Werner a lancé les Blues sur leur pelouse tandis que Mount a libéré son équipe en fin de match (2-0).

Boris Johnson n'y est pour rien mais le Premier ministre du Royaume-Uni ne manquera pas de souligner que le foot anglais a retrouvé sa place au sommet du continent quelques mois après sa sortie de l'Union européenne. La Ligue des champions consacrera le 29 mai prochain à Istanbul un pensionnaire de Premier League. Une victoire sur le terrain, deux semaines après ses efforts pour torpiller le projet de Super Ligue dans lequel six clubs anglais avaient suivi les yeux fermés les promesses sonnantes et trébuchantes de Florentino Perez.

Chelsea maître du jeu

En l'espace de quinze jours, le club madrilène a perdu ses garanties bancaires, une place en finale de la C1 et n'a plus que sa Liga pour terminer la saison sur une bonne note. À Londres, les idées géniales et le réalisme étaient du côté des Blues. Marque de fabrique de ce début d'ère Tuchel outre-Manche, Chelsea a fait dans le clinique. Une copie propre défensivement comme en championnat (18 clean-sheets sur les 24 matchs dirigés par l'Allemand depuis son arrivée) et maîtrise de ses émotions malgré l'enjeu.

Les Anglais ont largement mis à profit leur position d'attente. Une tactique boostée par la pâle créativité des Merengues où seul Karim Benzema a su chauffer les gants d'Edouard Mendy (26e et 36e). Il n'y a qu'en attaque que le bât blesse toujours à Chelsea. Régulièrement mis sur orbite par un Kanté inspiré, les attaquants blues ont mis longtemps à tuer le match.

Timo Werner ajuste la mire

Ce soir c'était suffisant mais le gâchis aurait pu leur coûter cher. Ironie du sort, c'est la plus décriée des pointes londoniennes qui a trompé une première fois Thibaut Courtois. Au relais de Kanté, Timo Werner était présent devant le but madrilène pour mettre au fond un ballon de Havertz sur la barre (1-0, 28e). De quoi faire changer d'avis la femme de Thiago Silva, qui avait égratigné l'Allemand dans un de ses tweets après son raté du match aller. Cette fois, c'est une déclaration d'amour...

Et ce malgré l'avalanche d'occasions manquées en deuxième période par les Anglais. De la tête de Havertz sur la barre (47e) aux contres inaboutis, les exploits du portier belge (53e, 59e) ont maintenu le Real Madrid en vie jusque dans les dernières minutes. Mount a finalement libéré les Blues sur un service parfait de Pulisic (2-0, 85e). Le retour de Sergio Ramos, match-winner du Real Madrid, après trois mois d'absence, n'aura pas suffi à perturber Chelsea et empêcher une troisième finale 100 % anglaise d'avoir lieu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.