Nice-PSG : Christophe Galtier, le maître des clés pour une victoire capitale

Actuel troisième de Ligue 1, Nice est également qualifié pour la finale de la Coupe de France après sa victoire sur Versailles (N2), mardi. 

Article rédigé par
Léo-Pol Platet - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Amine Gouiri et Khéphren Thuram prennent la pose pour célébrer un but face à Versailles en demi-finale de la Coupe de France, le 1er mars 2022. (XAVIER DUVOT / HANS LUCAS)

Il est des réveils plus agréables que d'autres sur la Côte-d'Azur. Mercredi matin, "Nissa la bella" s'est réveillée qualifiée pour la finale de la Coupe de France après sa victoire sur le petit poucet, Versailles (2-0). Une première depuis 1997. Passé les émotions de la Coupe, l'actuel troisième du championnat de France, s'apprête à recevoir le Paris Saint-Germain, samedi 5 mars, à 21h.

Gym tonique

Après deux matchs nuls et vierges cette saison, au match aller en Ligue 1 puis en 8e de finale de la Coupe de France, les hommes de Christophe Galtier commencent à prendre goût à ces confrontations. À l'image de leur entraîneur. Avec Saint-Étienne, Lille ou maintenant Nice, Galtier cumule les coups. La saison dernière, son Losc champion de France était resté invaincu à Paris, se payant même le luxe d'une victoire au Parc (1-0) en pleine course au titre

"Galette (Galtier) connaît la recette pour battre le PSG", résume Éric Roy, ancien joueur et entraîneur du Gym, désormais consultant pour Franceinfo: sport. Il va continuer à appliquer ce qui a marché les fois précédentes : de la rigueur, un gros pressing à la perte du ballon autour d'un bloc équipe de manière à concerner tout le monde à la récupération. Si c'est bien exécuté ça suffit pour les mettre en échec." Les mettre en échec est une chose, les battre en est une autre. Et la gourmandise des Niçois pourrait les convaincre d'essayer de battre, enfin, la bande à Kylian Mbappé. 

Transitions rapides et fulgurances offensives

"Pour tenter de battre Paris, il faudra être très bon à la récupération, surtout sur les deux ou trois premières passes, poursuit Éric Roy. C'est à ce moment-là qu'on peut manquer de clairvoyance ou d'énergie et donc qu'on est le plus vulnérable si on perd le ballon de suite après. Au contraire, il faut profiter de ces ballons pour casser les lignes et mettre les Parisiens sur le reculoir. Ensuite, devant, ils sont capables de fulgurances avec Justin Kluivert, Amine Gouiri ou même Calvin Stengs qui n'a pas encore dévoilé tout son potentiel à mon sens."

À eux trois, les attaquants nissarts cumulent pourtant seulement quatorze buts. C'est dans ce secteur là que le Gym doit encore progresser. Car si l'équipe est la meilleure défense de Ligue 1 (21 buts), elle est en revanche moins flamboyante en attaque. Ses 37 buts marqués font d'elle la 9e attaque de Ligue 1, moins que la lanterne rouge Bordeaux, par exemple.

Dès lors, comment mettre en évidence une attaque peu souveraine et enfin parvenir à marquer face au PSG ? "L'idéal serait d'évoluer avec un bloc médian-bas, afin de pouvoir presser haut sur les phases statiques, explique l'ancien milieu de terrain. C'est ce que le Real n'est pas parvenu à faire en Ligue des champions (victoire 1-0 du PSG) en défendant avec un bloc trop bas, sûrement pour laisser le moins d'espaces possibles à Mbappé et Messi."

Galtier, l'homme providentiel ? 

Philosopher le football, préparer ses tactiques et réfléchir à des micro-détails, c'est justement ce que préfère Christophe Galtier. Tout juste vainqueur de son premier titre de champion de France avec Lille, le Marseillais d'origine connaît déjà ses premières grandes émotions en Rouge et Noir. Qualifié pour la finale de Coupe de France donc, il devrait se livrer une grosse bataille dans les semaines à venir pour conquérir une place en Coupe d'Europe. 

Formé au club, joueur de l'équipe première pendant huit saisons et finalement entraîneur entre 2010 et 2012, Éric Roy se félicite du premier bilan de Galtier : "Je suis impressionné par la quintessence de ce qu'il arrive à tirer de ses équipes. Christophe est très pragmatique, et ça n'est pas péjoratif, parce qu'il sait très bien organiser son jeu en fonction de ses joueurs. Il a une équipe jeune, qui est encore à polir. Le club est en pleine mutation vers l'excellence, c'est beau, et ça pourrait devenir un club qui compte dans les années à venir."

En plus de la méthode Galtier, c'est toute la méthode Ineos qui commence à porter ses fruits. Arrivée en 2019, la firme anglaise et son directeur Jim Ratcliffe voient leurs investissements payer. Et une victoire face au PSG pourrait être une pierre importante sur le chemin du succès. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers PSG

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.