Les chroniqueurs de RMC Daniel Riolo et Jérôme Rothen suspendus après des propos sexistes sur la femme qui accuse Neymar de viol

Ils sont suspendus d'antenne jusqu'à leur rendez-vous avec la direction, prévu cette semaine, a indiqué la direction de la communication à franceinfo.

Capture d\'écran d\'un extrait de l\'émission \"L\'After RMC\" diffusé sur Twitter, montrant le chroniqueur Daniel Riolo (à gauche) et l\'ancien footballeur Jérôme Rothen (à droite). 
Capture d'écran d'un extrait de l'émission "L'After RMC" diffusé sur Twitter, montrant le chroniqueur Daniel Riolo (à gauche) et l'ancien footballeur Jérôme Rothen (à droite).  (TWITTER / RMC)

Des propos "inacceptables". RMC a suspendu d'antenne, lundi 10 juin, les deux chroniqueurs Daniel Riolo et Jérôme Rothen, jusqu'à leur rendez-vous avec la direction, prévu cette semaine. La direction de la communication de la radio a confirmé cette information à franceinfo. Les deux hommes ont raillé Najila Trindade, qui accuse la star du football Neymar de l'avoir violée. Ils ont critiqué son physique dans l'émission "L'After RMC", diffusée le 6 juin, en deuxième partie de soirée.

"Nous condamnons fortement les propos tenus à l’antenne par Jérôme Rothen et Daniel Riolo", a déclaré lundi, au Parisien, Laurent Eichinger, directeur général de RMC Sport. "Ils ont compris qu’ils avaient fait une erreur", poursuit Laurent Eichinger, qui leur a demandé dimanche de s’excuser publiquement, trois jours après les faits. C'est effectivement ce qu'ils ont fait sur Twitter. "Ce n’est en aucun cas justifiable. Nous prenons ça très au sérieux", ajoute le DG de RMC Sport.

"Je m'attendais à un avion de chasse"

"Dans l'histoire de Neymar j'ai pas pu m'empêcher de penser à un truc un peu con. Mais la nana, tu l'as vue, la nana ?", avait lancé le chroniqueur Daniel Riolo, avant d'être interrompu une première fois par le journaliste Nicolas Vilas. "Je m'attendais à ce que ce soit un avion de chasse. C'est de la deuxième division", avait-il surenchéri, vite rejoint par son collègue Jérôme Rothen. "Il peut avoir tout ce qu'il veut, il a pris une Ligue 2", a raillé l'ancien joueur. Et d'ajouter peu après, sur le ton de la plaisanterie : "Ça joue les barrages, c'est un Lorient." "On va passer à autre chose", avait conclu Nicolas Vilas.

Plusieurs personnes ont annoncé leur intention de signaler ces propos au CSA, dont Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes.