Bastia condamne "sans ambiguïté" le coup de boule de Brandao à Thiago Motta

L'attaquant de Bastia a cassé le nez du joueur parisien Thiago Motta en lui assénant un violent coup de tête dans le couloir des vestiaires, samedi, après le match, au Parc des Princes.

Le joueur de Bastia Brandao, au stade Armand-Cesari de Bastia, le 2 août 2014.
Le joueur de Bastia Brandao, au stade Armand-Cesari de Bastia, le 2 août 2014. (PASCAL POCHARD CASABIANCA / AFP)

Le Sporting club de Bastia a indiqué, lundi 18 août, qu'il condamnait "sans ambiguïté" le coup de tête de son attaquant brésilien Brandao à l'encontre du joueur parisien Thiago Motta, samedi, à l'issue du match Paris SG–Bastia. Dans l'attente d'éléments complémentaires, "le Sporting se réserve toute possibilité d'action ultérieure dans ce dossier", a précisé le club corse dans un communiqué.

Le club a toutefois ajouté qu'il "déplorait le comportement tout aussi inacceptable de certains joueurs qui n'ont de cesse d'insulter et de provoquer leurs adversaires". L'Italien Thiago Motta, adepte du petit coup de crampon, est ainsi régulièrement décrié pour son comportement sur le terrain. Pris pour cible samedi par Brandao dans le couloir menant aux vestiaires, le milieu de terrain parisien souffre d'une "fracture du nez non déplacée", a indiqué, dimanche, le PSG.

Brandao risque jusqu'à deux ans de suspension

Pour cette brutalité, Brandao risque jusqu'à deux ans de suspension si Thiago Motta se voit prescrire une incapacité totale de travail (ITT) supérieure à 8 jours, selon les règlements de la Fédération française de football (FFF). Si l'ITT est inférieure à 8 jours, c'est un an de suspension.

"Les dirigeants, staff et joueurs n'ont en aucune façon à se substituer aux instances qui sont seules habilitées à prononcer des sanctions sportives", a ajouté le club bastiais. Lequel a demandé "à toutes les parties de faire preuve de retenue afin que ce dossier soit traité de la façon la plus juste et équitable qui soit".

Van der Wiel, l'autre victime de Brandao pendant le match

Après le match, l'entraîneur parisien, Laurent Blanc, a indiqué que le Néerlandais Gregory Van der Wiel, défenseur du PSG, avait été blessé pendant la rencontre par le même Brandao. Le club de la capitale a annoncé que son latéral droit souffrait d'une "fracture de l'apophyse transverse droite de la deuxième vertèbre lombaire pour Gregory van der Wiel, suite au coup de genou reçu dans le dos, (donné) par le joueur Brandao". Après le match, le président du PSG, Nasser Al-Khelaïfi, avait réclamé une suspension "à vie" du Brésilien de Bastia.