Ligue Europa : la coupe d'Europe, le fol espoir de l'OM pour sauver sa saison ratée

L'Olympique de Marseille se déplace sur la pelouse du Benfica Lisbonne, ce jeudi, en quart de finale aller de Ligue Europa.
Article rédigé par Adrien Hémard Dohain - Envoyé spécial
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 3 min
Pierre-Emerick Aubameyang sur la pelouse de Lille, le 5 avril 2024. (AFP)

Se déplacer dans le bouillant Estadio de la Luz (65 000 places) du Benfica Lisbonne, ce n'est jamais évident, encore moins en quart de finale de Ligue Europa. C'est pourtant le menu de l'Olympique de Marseille, ce jeudi 11 avril 2024. Face aux Portugais emmenés par la bête noire de l'OM, Angel Di Maria, les Marseillais jouent leur avenir européen immédiat, mais pas seulement.

Distancés en championnat, les Marseillais ne peuvent plus compter que sur une victoire finale dans cette Ligue Europa pour accomplir leur objectif : se qualifier pour la prochaine Ligue des champions. Périlleuse et (très) incertaine, cette mission passe donc par Lisbonne. Un déplacement que l'OM aborde dans un climat sportif précaire, après quatre défaites consécutives (Villarreal, Rennes, PSG et Lille), qui ont mis les Marseillais à dix points des places qualificatives pour la Ligue des champions, six de la Ligue Europa et cinq de la Ligue Europa Conférence.

39% de chance de qualification, 3% de victoire finale...

Candidat déclaré à la Ligue des champions en début de saison, l'OM se dirige donc vers un naufrage en règle, en Ligue 1. Sur la scène nationale, le dernier espoir olympien de décrocher un billet en coupe d'Europe repose peut-être sur le rival parisien. En effet, en cas de victoire du PSG en Coupe de France face à Lyon, la 7e place du championnat (occupée par Reims, un point devant l'OM) deviendrait qualificative pour la Ligue Europa Conférence. Ce qui ne consolerait pas vraiment le club phocéen, qui veut au moins disputer la Ligue Europa.

A moins d'une improbable remontée au classement sur les six dernières journées de championnat, le futur européen de l'OM passe donc par la Ligue Europa de cette saison. Concrètement : pour éviter une saison 2024-2025 sans compétition européenne - une première depuis cinq ans -, l'OM doit remporter la Ligue Europa. Ce qui, vu la faiblesse sportive actuelle des hommes de Jean-Louis Gasset, relèverait de l'exploit. "On a été mauvais, il ne faut pas se cacher, et arrêter de se trouver des excuses", reconnaissait d'ailleurs vendredi Jordan Veretout, après la débâcle face à Lille, au micro de Prime Video.

"La saison n’est pas finie, il va vite falloir se remettre la tête à l’endroit, travailler, […] retourner au charbon et dès jeudi parce qu’on a un quart de finale de Ligue Europa. Si on joue comme ça, on se fera sortir. "

Jordan Veretout

à Prime Video

Or, même un Olympique de Marseille à 100% de ses capacités ne serait pas favori dans ce tableau final de Ligue Europa, où il côtoie Liverpool, l'AC Milan, le Bayer Leverkusen, l'AS Roma ou encore West Ham. Du beau monde que Marseille ne croisera que si le club phocéen élimine le Benfica Lisbonne, solide deuxième du championnat portugais, quart de finaliste de la dernière Ligue des champions, et emmené par les champions du monde argentins Otamendi et Di Maria, notamment.

La seule bonne nouvelle pour l'OM, c'est que le match retour aura lieu au Vélodrome jeudi prochain. Dans ces conditions, et alors que l'adversaire potentiel en demi-finale sera le vainqueur de Liverpool-Atalanta, la probabilité de voir Marseille remporter la C3 (dont l'OM a disputé trois finales en 1999, 2004 et 2018) est infime. D'après Opta, elle est même de 3%, soit la pire des huit clubs engagés.

Pas de quoi intimider les Phocéens pour autant, à l'image de Pierre-Emerick Aubameyang : "On a fait un parcours de guerrier. Peu de gens pensaient qu'on sortirait de la poule, déjà. On l'a fait parce qu'on a réussi des matchs dingues. Mais c'est ce qui fait le charme de la coupe d'Europe, et notamment encore plus ici à Marseille", a prévenu le Gabonais dans une interview accordée à l'UEFA.

Du haut de ses 33 buts en C3, le meilleur buteur de l'histoire de la compétition a même assuré qu'il échangerait ce record contre un seul but vainqueur en finale de la compétition : "Parce que c'est quelque chose qui resterait dans l'histoire. Encore plus ici. Ça pourrait être extraordinaire..." Extraordinaire, mais surtout pour le moment très hypothétique. Pour s'accorder le droit de rêver, l'OM doit déjà bien négocier son quart de finale aller, avant d'espérer un concours de circonstances assez fou pour le mener jusqu'à Dublin, théâtre de la finale de la compétition.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.