D1 féminine : premier titre de championnes de France pour les Parisiennes, qui mettent fin au règne lyonnais

Victorieuses face à Dijon vendredi soir, les Parisiennes ont remporté leur premier titre de championnes de France, mettant un terme à une domination de 14 saisons de suite de Lyon.

Article rédigé par
Louise Gerber - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les Parisiennes Kadidiatou Diani, Grace Geyoro et Sara Dabritz (de gauche à droite) contre Le Havre, le 13 décembre 2020. (ANTOINE MASSINON / A2M SPORT CONSULTING)

Soirée historique pour le football français. Les Parisiennes ont été sacrées championnes de D1 pour la première fois de leur histoire vendredi 4 juin, après leur victoire face à Dijon à Jean Bouin (3-0). Un sacre qui met fin à la domination sans partage des Lyonnaises, championnes de France 14 saisons d'affilée. 

Privées de leur attaquante phare Marie-Antoinette Katoto, les Parisiennes se sont montrées approximatives mais ont toutefois rempli leur contrat en s'imposant face à une équipe de Dijon, rapidement dépassée.

Les nouvelles reines

Les joueuses d'Olivier Echouafni ont mis la pression d'entrée sur leurs adversaires mais la tâche leur a été facilitée par les Dijonnaises, qui ont concédé un penalty, transformé par Sara Däbritz  (9e). Si le PSG a largement dominé en première période face à des Dijonnaises quasiment inexistantes offensivement, les Parisiennes ont manqué de précision dans leurs derniers gestes.

Paris a même été sérieusement inquiété à la 54e minute, la parade de Christiane Endler sauvant de justesse l'égalisation dijonnaise d'Ophélie Cueney. Malgré un coup d'accélérateur juste avant la pause, à l'instar des deux poteaux de la Suissesse Ramona Bachmann en moins d'une minute, les Parisiennes auront dû attendre l'heure de jeu pour se mettre à l'abri avec le but du break de la tête de la capitaine Irene Paredes. Dans les toutes dernières minutes de la rencontre, Jordyn Huitema est venue inscrire le troisième but de la rencontre.

Un titre longtemps convoité

Après deux Coupes de France (2010 et 2018), c'est la première fois que Paris remporte le championnat. Un sacre attendu, alors que le club a fini à la deuxième place derrière Lyon à huit reprises lors des neuf dernières saisons. Ce titre de champion de France vient conclure la saison irréprochable du PSG, finissant l'exercice invaincu avec seulement 4 buts encaissés (meilleure défense).

Les Parisiennes ont surtout fait la différence dans le secteur offensif cette saison (83 buts inscrits). Le trio Sandy Baltimore, meilleure espoir de D1, Marie-Antoinette Katoto, meilleure buteuse du championnat avec 21 réalisations et Kadidiatou Diani, meilleure joueuse de D1, s'est montré prolifique et a fait des ravages tout au long de l'exercice.  

La fin d’un cycle pour les Lyonnaises

Malgré leur large victoire face à Fleury (8-0), les Lyonnaises voient le titre s'échapper pour la première fois depuis la saison 2006-2007 (un point derrière le PSG). Les joueuses de Sonia Bompastor n'avaient pas leur destin en main lors de cette dernière journée, puisqu'elles comptaient sur une défaite parisienne pour devenir championnes.

Les Rhodaniennes, moins percutantes cette saison, ont notamment souffert de nombreuses absences prolongées (blessures et cas de Covid). Des performances en baisse par rapport aux années précédentes qui avaient conduit à l'éviction de l'entraîneur lyonnais Jean-Luc Vasseur le mois dernier. Sans titre national ni européen, Lyon signe sa première saison blanche depuis 2006. 

Du côté de la capitale, le jour d'après pourrait cependant s'avérer compliqué. L'effectif devrait évoluer à tous niveaux : alors que la gardienne Christiane Endler partira chez le rival lyonnais, la capitaine Irène Paredes rejoindra Barcelone tandis que le coach Olivier Echouafni pourrait quitter le banc parisien après trois saisons dans club de la capitale. Un défi de taille attendra donc le PSG la saison prochaine.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers OL

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.