Sonia Bompastor va devenir la première femme à entraîner l'équipe féminine de l'OL après l'éviction de Jean-Luc Vasseur

L'élimination des Lyonnaises en quarts de finale de la Ligue des champions face au PSG a été fatale à Jean-Luc Vasseur, l'entraineur en poste depuis 2019.

Article rédigé par
Loris Belin - franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Sonia Bompastor, ici en 2016 au centre de formation de l'Olympique Lyonnais, a été nommée entraîneur de l'équipe féminine des Gones, le 27 avril 2021 (MAXPPP)

Habitué au succès sans vagues, l'Olympique Lyonnais a mis un coup de griffe au premier accroc. Le club lyonnais a nommé, mardi 27 avril, Sonia Bompastor entraîneure de l'OL féminin jusqu'en 2023 en remplacement de Jean-Luc Vasseur, limogé après le récent échec des Lyonnaises face au Paris Saint-Germain en quarts de finale de la Ligue des champions. L'ex-internationale, déjà au club depuis la fin de sa carrière, devient la première femme à prendre la tête du septuple champion d'Europe.

Depuis sa retraite sportive, l'ancienne défenseure de l'équipe de France (156 sélections), 40 ans, officiait depuis 2013 comme directrice du centre de formation féminin de l'OL, l'équipe victorieuse des 14 derniers championnats de France et des cinq dernières Ligues des champions. Passée par Lyon à deux reprises (2006-2009, puis 2010-2013), le PSG (2009-2010) ou Montpellier (2002-2006), Bompastor est la septième internationale la plus capée de l'histoire des Bleues.

Mission championnat pour Bompastor

Sa première mission sera de remporter la D1 féminine, propriété exclusive de la formation lyonnaise depuis la saison 2006-2007. Mais la tâche s'annonce cette fois plus compliquée puisqu'à cinq matches de la fin, l'OL se situe un point derrière le leader, le PSG, bourreau des Lyonnaises le week-end dernier en Ligue des champions féminine.

Leur affrontement le 29 mai prochain – match reprogrammé en raison de cas de Covid-19 parmi l'effectif parisien – dans le Rhône devrait constituer une finale pour le Championnat, et le premier défi de taille pour la nouvelle technicienne lyonnaise. La Coupe de France féminine ayant été arrêtée avant son terme, le championnat est le seul trophée que ses joueuses peuvent remporter, puisque pour la première fois depuis 2015, elles ne se sont pas qualifiées dans le dernier carré de la Ligue des champions. L'élimination en quarts face au PSG, avec une défaite au match retour à domicile (2-1, aller: 0-1) le 18 avril, a sonné le glas du mandat de Vasseur, arrivé en 2019.

"Après l'élimination de la Ligue des champions dès les quarts de finale, ce qui n'était pas arrivé depuis la saison 2014-2015, plusieurs réflexions ont été menées en interne afin de trouver les leviers nécessaires pour permettre à l'équipe de bien terminer une saison disputée dans un contexte compliqué", a écrit l'OL, avant de lister les difficultés. "Absences depuis le début de Griedge Mbock et Ada Hegerberg, blessées de longue durée, absences plus récemment de Sara Gunnarsdottir en congé maternité, et de Damaris Egurrola, blessée jusqu'à la fin de la saison, et vague de Covid ayant touché plus de la moitié de l'effectif", a énuméré le club.

A Sonia Bompastor de faire oublier cette saison décevante pour les standards de l'OL. Avant de peut-être s'inscrire parmi les pionnières du football féminin français.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.