D1 féminine : "Nous allons à Lyon pour gagner le championnat", assure Irene Paredes

Lyon reçoit le PSG dimanche à l’occasion d’un match en retard de la 16e journée, décisif pour le titre de championne de France. Seul un point sépare les deux équipes au classement. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Irenes Paredes (PSG) et Eugénie Le Sommer (OL) lors du match de championnat PSG-OL, le 20 novembre 2020 au Parc des Princes. (ANTOINE MASSINON / A2M SPORT CONSULTING)

Le championnat de D1 féminine n’a jamais été aussi serré, à seulement une journée de la fin. Les Parisiennes (1ères, avec 58 points) se déplacent en terre lyonnaise (2e, avec 57 points), dimanche 30 mai, pour disputer un match en retard de la 16e journée. En cas de victoire, le club de la capitale sera sacré champion de France avant la dernière journée, mais un match nul devrait également lui garantir le titre. Si les joueuses de l’Olympique lyonnais l’emportent, elles passeront devant leurs adversaires au classement et seront presque assurées de décrocher une quinzième consécration. Dans le cas contraire, elles signeront une première saison blanche depuis… 2006.

"L’OL a l’habitude de remporter des titres. Ce serait un tremblement de terre s’il passait à côté du sacre de championne de France, en plus de celui de la Ligue des champions", rappelle Patrice Lair, ancien entraîneur de Lyon (2010-2014) et du PSG (2016-2018).

Les Parisiennes ont déjà battu Lyon a deux reprises cette saison, en championnat et en quarts de finale de la Ligue des champions. Doit-on parler d’une baisse de régime côté Lyonnais ou d’une réelle progression des Parisiennes ? "Un peu des deux", selon Patrice Lair : "Le PSG a la même colonne vertébrale depuis quatre années. L’équipe a progressé, les joueuses ont pris en expérience et en maturité. L’OL, de son côté, connaît une phase moins idyllique. Il y a peut-être moins de créativité qu’auparavant. L’ADN lyonnais dans le jeu a un peu disparu", note l’ancien entraîneur.

Les statistiques du côté du PSG

Pour la capitaine du Paris Saint-Germain, Irene Paredes, l’équipe a trouvé cette saison un équilibre. "Ce n’est pas facile de créer une cohésion dans un groupe lorsqu’il y en a qui partent, d’autres qui arrivent. Aujourd’hui, cela se passe très bien. Nous avons beaucoup travaillé et chacune s’est améliorée individuellement", réagit la joueuse. "Cela faisait longtemps que le club cherchait à rivaliser avec Lyon. Nous avons plutôt bien réussi cette année, il ne faut pas se relâcher."

Cette saison, sept des onze joueuses de l’équipe type UNFP de D1 sont Parisiennes, contre quatre Lyonnaises. "Certaines joueuses ont passé un cap, en montrant leurs qualités et leur progression. Surtout, elles s’imposent aujourd’hui dans leur club et au niveau international. Je pense à Kadidiatou Diani, qui est certainement la meilleure attaquante du moment, à Marie-Antoinette Katoto, une buteuse de talent, ou aussi à la jeune Sandy Baltimore, que j’ai fait jouer en Ligue des champions à seulement 15 ans et demi", analyse Patrice Lair.

Lyon a pour l’instant marqué 70 buts et encaissé 6. De son côté, le PSG en a inscrit 80 et pris 4. À titre de comparaison, Lyon avait inscrit 27 buts de plus que le PSG et encaissé 10 de moins durant la saison 2018/2019. "Si l'on regarde les statistiques, Paris est un cran au-dessus cette année. Mais sur le match du week-end prochain, je me méfie. Les Lyonnaises vont être revanchardes et très motivées. Elles ne veulent pas d’une saison blanche", observe l’ancien coach de Niort.

Au contraire, Patrice Lair craint que le PSG ait pris un "coup sur la tête" après son élimination en demi-finale de Ligue des champions face à Barcelone. "C’est dur de s’en remettre d’une telle déception", relève-t-il. "Pour Lyon, ce serait un quinzième titre. L’approche mentale et psychologique sera plus forte du côté de l’OL selon moi, avec des joueuses comme Eugénie Le Sommer, Amandine Henry, Sarah Bouhaddi qui ont l’expérience des grands rendez-vous."

Irene Paredes, quant à elle, se veut rassurante sur l’état mental de son équipe : "La défaite face à Barcelone nous a fait très mal, c’est vrai. Nous y croyions beaucoup, ce qui fait que nous avons vécu une semaine compliquée par la suite. Mais nous ne voulons pas d’une saison sans titre et nous sommes complètement prêtes pour le match face à Lyon. Ce serait un très beau cadeau pour le club et nos supporters".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers D1 féminine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.