Cet article date de plus d'un an.

PSG-Juventus : rentrée des classes réussie pour Paris en Ligue des champions, avec un doublé pour Kylian Mbappé

Guidé par son attaquant français, le Paris Saint-Germain a battu la Juventus Turin, mardi soir, au Parc des Princes (2-1).

Article rédigé par Denis Ménétrier, franceinfo: sport - Au Parc des Princes
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Kylian Mbappé célèbre son deuxième but contre la Juventus Turin en Ligue des champions le 6 septembre 2022. (ALAIN JOCARD / AFP)

À défaut de prendre le TGV, le Paris Saint-Germain poursuit son début de saison en mode fusée. Alors qu’il a déjà éparpillé plusieurs clubs de Ligue 1 depuis le mois d'août, le club de la capitale a bien entamé sa campagne de Ligue des champions en battant la Juventus Turin (2-1), mardi 6 septembre, au Parc des Princes. La victoire s’est rapidement dessinée grâce au doublé de Kylian Mbappé (5e et 22e), avant que Weston McKennie ne reduise le score (53e), en vain pour les Turinois. 

Après le feu d’artifice de la tribune Auteuil, quelques secondes avant le coup d’envoi de la rencontre, celui sur la pelouse n’a pas tardé à débuter, traduisant la tendance de la rencontre : Neymar en chef d’orchestre, Mbappé à la finition. Sur l'une des premières actions du match, la louche du Brésilien a trouvé le Français dont la reprise de volée n’a laissé aucune chance à Mattia Perin (5e). Les premiers instants du match ont dû paraître interminables pour le gardien italien, tant les assauts Parisiens se sont répétés.

Ce PSG de la première période est celui dont rêve sûrement Christophe Galtier : une équipe capable de compter sur ses stars offensives pour harceler l’adversaire à la perte du ballon, la qualité technique en attaque faisant le reste. Mbappé ne touchant pas terre en ce moment, l’attaquant a décidé de faire de même avec le ballon en reprenant, une nouvelle fois de volée, un service d’Achraf Hakimi sur une action sublime (22e).

Donnarumma en clair-obscur

En face, la Juventus est apparue comme l’équipe qu’elle est actuellement : une Vieille Dame qui fait son âge, un cran en-dessous des nouveaux cadors du continent. Elle a pourtant su inquiéter le PSG et même inscrire un but sur une sortie ratée de Gianluigi Donnarumma sur un corner, dont a profité Weston McKennie (53e).

Le gardien italien s’est loupé, mais cela ne relancera certainement pas le débat sur la hiérarchie avec Keylor Navas, parce qu’il a aussi sauvé les siens à deux reprises, en réalisant deux arrêts spectaculaires sur les têtes d’Arkadiusz Milik (19e) et de Dusan Vlahovic (64e).

Les frayeurs vécues par le PSG en deuxième période, sur les frappes de Filip Kostic (47e), Adrien Rabiot (59e) ou l’action de Manuel Locatelli (81e), ont rappelé que le club de la capitale peut être fragile quand les minutes défilent, que les organismes fatiguent et que les espaces s’ouvrent dans son milieu et sa défense. Paris aura finalement tenu, et aurait pu - dû - l’emporter plus largement.

Mbappé oublie Neymar

Car Lionel Messi n’a pas su régler la mire (67e), Neymar a manqué de réussite (49e, 83e) avant de buter sur Perrin (89e), et que le Brésilien a été totalement oublié par Mbappé alors qu’il était seul devant les buts (64e). L’impression générale, malgré le score étriqué, est donc bonne et Paris peut continuer de se satisfaire de l’apport de ses latéraux ou de celui de Vitinha, toujours aussi juste depuis son arrivée au PSG, et complément parfait de Marco Verratti au milieu.

Pour la première fois de son histoire et après neuf tentatives, Paris a donc enfin battu la Juve. Mais c’est surtout le fait de s'être défait de son adversaire le plus coriace du groupe H que Christophe Galtier retiendra certainement. L’entraîneur parisien et ses joueurs ont rempli la première clause du contrat qui doit les amener à remporter la première Ligue des champions du club.

La route est encore longue, Benfica et le Maccabi Haïfa seront les deux autres équipes à écarter sur le chemin des huitièmes de finale. Mais après le contenu aperçu lors de cette septième victoire en huit matchs depuis le début de la saison, Paris peut continuer à rêver grand.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.