Ligue des champions : Upamecano, Pavard, Coman... Sale soirée pour les Français du Bayern face à Manchester City

Dayot Upamecano, Benjamin Pavard et Kingsley Coman ont été les symboles d'une équipe bavaroise incapable de répondre aux attentes mardi lors de la défaite contre Manchester City (0-3), en quart de finale aller.
Article rédigé par Denis Ménétrier, franceinfo: sport
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Dayot Upamecano a commis une erreur qui a provoqué un but de Manchester City lors du quart de finale aller de la Ligue des champions à l'Etihad Stadium, le 11 avril 2023. (PAUL ELLIS / AFP)

C’est une soirée à vite oublier. Les Français du Bayern Munich sont passés à côté de leur match lors de la défaite sur la pelouse de Manchester City, mardi 11 avril, en quart de finale aller de la Ligue des champions (0-3). Que ce soit Dayot Upamecano, Benjamin Pavard ou Kingsley Coman, les trois Tricolores ont été soit spectateurs, soit coupables, au cours d'une soirée catastrophique pour le champion d'Allemagne.

Upamecano, la boulette qui coûte cher 

Il y a un peu moins de trois ans, lors du Final 8 de la Ligue des champions à Lisbonne, Dayot Upamecano illuminait le quart de finale entre Leipzig, où il jouait à l’époque, et l’Atlético de Madrid. Cette fois, le défenseur français est totalement passé à côté de son quart. Pourtant en grande forme ces dernières semaines, le nouveau patron de la défense de l’équipe de France a été d’une fébrilité étonnante à l’Etihad Stadium.

En première période, si Erling Haaland n’a pas existé, c’est en partie grâce à lui. Mais après la pause, le vice-champion du monde a sombré. Ce dernier est fautif sur le deuxième but des Cityzens de Bernardo Silva (70e). Sur un ballon anodin à la relance, Upamecano s’est emmêlé les pinceaux dans sa conduite de balle. Jack Grealish en a profité et l’action s’est terminée sur la tête du Portugais de City.

Upamecano, pourtant si serein à la relance d’habitude, avait déjà démontré une forme de nervosité au retour des vestiaires. Le Tricolore a provoqué la panique dans la défense munichoise après une passe totalement manquée (50e). Et pour ne rien arranger à une prestation qu’il devra rapidement oublier, Upamecano s’est fait prendre dans son dos sur le dernier but de City inscrit par Haaland (77e).

Pavard en demi-teinte 

Il n’a pas été le plus mauvais des Munichois sur la pelouse de l’Etihad Stadium. Loin de là. Mais à l’image de la défense bavaroise, il a été en difficulté. Préféré à Joao Cancelo, prêté par Manchester City au Bayern, Benjamin Pavard a souvent perdu ses duels face à un très bon Jack Grealish. Relancé en équipe de France après son but contre l’Irlande il y a deux semaines, le latéral restait, comme Upamecano, sur de très bonnes prestations avec le Bayern.

Il a alterné le bon et le moins bon face à City. D’abord le moins bon : ce carton jaune pour un tacle évitable sur Grealish en fin de match (89e). Puis, cette passe en retrait pas assez appuyée pour son gardien, juste après la frayeur provoquée par Upamecano (50e). Mais il y a aussi eu du bon, avec un joli tacle devant Kevin de Bruyne dans sa surface (45e+2). Et quelques mouvements vers l'avant, notamment avec cette tête passée à côté du but adverse (69e).

Coman, droit dans le mur

On l’avait vu en difficulté avec l’équipe de France face aux Pays-Bas de Nathan Aké, malgré la large victoire des Bleus ce soir-là (4-0). Contre City, Kingsley Coman s’est encore une fois retrouvé face au défenseur néerlandais. À nouveau, il s'est heurté à un mur infranchissable. En difficulté, l’ancien ailier du Paris Saint-Germain a bien essayé de basculer de l'autre côté une partie de la rencontre. Sans grand succès non plus.

Kingsley Coman a été bien pris par Nathan Aké lors du quart de finale aller de la Ligue des champions entre Manchester City et le Bayern Munich à l'Etihad Stadium, le 11 avril 2023. (PAUL ELLIS / AFP)

Coman a surtout souffert de la comparaison avec Leroy Sané, l'autre ailier du Bayern et joueur munichois le plus dangereux ce soir. Héros de la finale remportée en 2020 contre le PSG et buteur lors du huitième de finale aller contre son ancien club, l’ailier des Bleus est cette fois passé à côté de sa rencontre. Il a été l'incarnation des difficultés offensives du club allemand, obligé de s’en remettre à des frappes lointaines.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.