Cet article date de plus d'un an.

Incidents au Stade de France : l'UEFA dénombre 2 600 faux billets et remet en cause les chiffres de Gérald Darmanin

Martin Kallen, un dirigeant de l'UEFA, a été entendu, mardi matin, par les sénateurs français dans le cadre de l'enquête sur les débordements lors de la finale de Ligue des Champions, le 28 mai.

Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Des supporters de Liverpool bloqués à l'extérieur du stade montrent leurs billets de match lors de la finale de la Ligue des champions de l'UEFA au Stade de France, le 28 mai 2022. (ADAM DAVY / MAXPPP)

Les chiffres continuent de faire parler. Gérald Darmanin affirme qu'il y a eu "35 000 supporters" munis de billets falsifiés ou dépourvus de billet lors de la finale de la Ligue des champions, fin mai. Devant les sénateurs français, Martin Kallen, directeur général d'UEFA Events, a, lui, contredit le ministre de l'Intérieur, mardi 21 juin. Le dirigeant de l'instance européenne évoque plutôt le chiffre de "2 600 billets apportés aux tourniquets qui étaient faux".

Face à la délégation sénatoriale chargée de faire la lumière sur les événements, Martin Kallen a par ailleurs précisé que "beaucoup de faux billets ne sont jamais arrivés aux tourniquets". "Combien ? On ne sait pas, on ne pouvait pas vraiment vérifier. On ne croit pas que c'était le chiffre mentionné après les premiers jours en France, soit plus ou moins 30 000 à 40 000", a-t-il asséné.

Dans les premières heures après la finale entre le Real Madrid et Liverpool (1-0), Gérald Darmanin avait jugé les supporters britanniques responsables des incidents, parlant d'une "fraude massive" sur la billetterie et suscitant la colère des associations de supporters. Devant les sénateurs, le 1er juin, le ministre de l'Intérieur a ensuite esquissé un mea-culpa sur l'organisation de la finale lors de son audition, tout en maintenant sa version sur le nombre de faux billets.

Le rapport de l'UEFA espéré en septembre

Entendu par les sénateurs, Martin Kallen a détaillé les causes qui, selon lui, ont amené aux scènes chaotiques du 28 mai. "Elles sont multiples : grève des transports, mauvaises réactions des stadiers, des forces de l'ordre, il y a eu des délinquants [dans le périmètre], un flux extrêmement grand devant le stade sans billet ou avec des faux billets", a-t-il développé.

Il a précisé que l'UEFA allait prendre "quelques mesures" qu'elle communiquerait ultérieurement, en attendant les conclusions de l'enquête indépendante qu'elle a commanditée fin mai. "On a pensé que l'enquête prendrait minimum deux ou trois mois", a avancé le dirigeant suisse, selon qui les résultats devraient être communiqués en septembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.