Incidents Nice-OM : le maire de Marseille juge la décision de la Ligue "inacceptable" et va appeler la ministre des Sports

"On ne joue pas au football comme on va à la guerre", s'emporte Benoît Payan après que des supporters niçois ont agressé des joueurs marseillais puis envahi le terrain dimanche soir à Nice.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Benoît Payan, le maire de Marseille. (SPEICH FRéDéRIC / MAXPPP)

"Je vais téléphoner à la ministre des Sports aujourd'hui pour lui dire ma manière de penser, que [la fin du match] n'est pas valable", a déclaré lundi 23 août sur franceinfo le maire de Marseille, Benoît Payan, au lendemain du match Nice-Marseille arrêté suite à des jets de projectiles sur des joueurs de l'OM et l'envahissement du terrain par des supporters niçois.

Benoît Payan dénonce également la décision de la Ligue de football professionnelle de reprendre la rencontre malgré ces incidents, la jugeant "pas conforme à l'esprit du sport".

"La Ligue aurait dû interrompre définitivement le match, l'annuler et le recommencer. Cette décision est inacceptable".

Benoît Payan, maire de Marseille

à franceinfo

"Des supporters qui lancent des projectiles sur des joueurs, des supporters qui envahissent la pelouse, qui s'en prennent physiquement à des joueurs, et une interruption d'une heure et demie, c'est suffisamment grave pour ne pas faire reprendre un match", insiste l'élu phocéen.

"Ça donne une image évidemment déplorable du football, une image déplorable de Nice et de la manière dont les Niçois ont sécurisé ce stade", estime encore Benoît Payan. "On ne joue pas au football comme on va à la guerre", a abondé l'élu socialiste, qui "comprend et partage" donc la décision du club de l'Olympique de Marseille de refuser la reprise de la rencontre.

Incidents OGC Nice-OM : la réaction du maire de Marseille sur franceinfo
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.