Ligue 1: le RC Lens fait le ménage parmi ses supporters après les incidents dans le derby du Nord

Des incidents entre supporters lensois et lillois ont gâché la fête au stade Bollaert-Delelis, samedi dernier.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les forces de police présentes à Bollaert, samedi 18 septembre. (JEAN CATUFFE / JEAN CATUFFE)

Une semaine après les débordements lors du derby entre Lens et Lille samedi 18 septembre à Bollaert, Arnaud Pouille, directeur général lensois, a annoncé vendredi que le club avait infligé de lourdes sanctions à des supporters.

"Les sanctions vont de 9 à 36 mois d'interdiction de stade, en mêlant du ferme (18 mois maximum) à du sursis. Dans certains cas, ces interdictions seront assorties d'une plainte si un comportement violent est suspecté", a annoncé le dirigeant artésien lors d'une conférence de presse.

Le RC Lens se montre ainsi intransigeant envers ses supporters qui ont envahi la pelouse, à la mi-temps du derby face au LOSC, finalement remporté 1 à 0. Le directeur général l'a martelé, les sanctions décidées par le Racing concernent "toutes les personnes identifiée qui se seraient introduites sur le terrain"Les échauffourées, limitées par l'intervention des CRS, ont fait six blessés légers et deux spectateurs ont été interpellés.

Des décisions coûteuses pour Lens

Les conséquences économiques sont importantes pour le club : 30 000 euros de réparation et 100 000 euros d'investissement prévus pour réaménager le parcage visiteurs. "Tant que nous n'avons pas agi à ce niveau, le bas du parcage sera fermé", a-t-il précisé.

A cette somme se rajoutent 2 millions d'euros de perte sèche pour les réceptions à huis clos de Strasbourg (0-1) mercredi et Reims (1er octobre) après la sanction infligée à titre conservatoire par la commission de discipline de la LFP, dans l'attente de l'instruction du dossier. Les décisions définitives seront connues le 6 octobre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.