"Le LOSC aurait été en cessation de paiement en janvier" selon Olivier Létang, son nouveau président

Tout juste nommé président du LOSC, Olivier Létang a tenu, ce lundi, une conférence de presse pour présenter le nouveau projet du club lillois. Les nouveaux propriétaires du club, Merlyn Partners, ainsi que son nouveau dirigeant, souhaitent que les Dogues restent performants d’un point de vue sportif, et assurent qu’ils ne sont pas dans l’obligation de vendre de joueurs en janvier. D’après Létang, de nouvelles liquidités vont être injectées alors que la situation financière du club aurait pu le placer en cessation de paiement.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Olivier Létang, nouvellement nommé président du LOSC (FRANCOIS LO PRESTI / AFP)

Les discussions ont commencé "il y a deux mois et demi", raconte Olivier Létang, ce lundi, lors d'une conférence de presse. Sollicité par Merlyn Partners pour devenir le président du LOSC, le repreneur du club a été "séduit" par les infrastructures, la ville et le projet, et s’est dit fier d'être nommé à ce poste : "C’est une fierté, un bonheur, mais aussi une grande responsabilité. Le club a une histoire, j’arrive à un moment où les résultats sportifs sont très bons, mais la situation économique est plus compliquée".

S’il n’a pas souhaité s’étendre sur les chiffres autour du rachat du LOSC, il a affirmé que "le club se serait retrouvé en cessation de paiement en janvier, il ne pouvait plus faire face à ses échéances". Des difficultés économiques qui ne s’expliquent pas seulement par le coronavirus et l’affaire des droits TV selon lui. "La problématique était plus profonde", assure-t-il. Pour que la situation financière du club lillois se stabilise, Olivier Létang a confirmé que Merlyn Partners allait réduire sa dette, et injecter des liquidités à hauteur de 50 millions d’euros.

Selon le président, le nouveau budget du club tiendra compte des incertitudes actuelles: "On a aujourd’hui un manque de visibilité, mais nous l’avons appréhendé dans le cadre de la reprise du club. Concernant les droits TV, on a besoin d’avoir une visibilité le plus rapidement possible". Le rendez-vous avec le DNCG, mercredi 16 décembre, se serait "très bien passé " d’après l’ancien président du Stade Rennais. Les nouveaux dirigeants seront convoqués à nouveau le 4 janvier par le gendarme du football français.

Le sportif comme "premier pilier" 

Ces nouveaux apports en capitaux devraient permettre au LOSC de rester compétitif, selon son président. "Nous n’avons pas le besoin, ni l’envie de vendre. Bien sûr, si quelqu’un arrive avec une offre à 100 millions, on l’étudiera, mais on veut garder une équipe la plus performante possible". Pour autant, Lille devrait se séparer de certains joueurs prêtés, notamment à ses clubs partenaires de Mouscron et Boavista. "On a 55 joueurs sous contrat professionnel, dont 17 prêtés, ce qui est trop. Ça impacte notre masse salariale et nos comptes d’exploitation". Olivier Létang a insisté sur l’aspect sportif, "premier pilier" du nouveau projet, et "meilleur argument marketing". La stratégie de trading jusque-là portée par Gérard Lopez devrait évoluer. "On veut passer à un trading plus modéré. Il ne faut pas qu’il y ait de pression, de l’économique, sur le sportif".

Luis Campos parti, une nouvelle équipe de recrutement va être constituée rapidement. En attendant, Olivier Létang dit échanger régulièrement avec Christophe Galtier, le coach lillois, "pour améliorer l’organisation autour de l’équipe", et il le consultera lors du mercato, pour connaître son avis. Le président compte sur son entraîneur, sous contrat jusqu’en 2022 : "Je suis très très très heureux de l’avoir comme entraîneur au LOSC. La volonté est bien évidemment qu’il continue avec nous". Le LOSC, premier de Ligue 1, se déplacera à Montpellier ce mercredi, avec l'espoir de conforter sa place de leader. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.