La Ligue de football professionnel adopte l'arbitrage vidéo en Ligue 1 dès la saison prochaine

La mesure sera adoptée, sous réserve d'une validation de la Fifa. En 2018, l'arbitrage vidéo va faire son apparition sur les pelouses du championnat de France.

L\'arbitre Amaury Delerue lors du match entre Caen et Lyon, le 3 décembre 2017, au stade Michel d\'Ornano à Caen.
L'arbitre Amaury Delerue lors du match entre Caen et Lyon, le 3 décembre 2017, au stade Michel d'Ornano à Caen. (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

La Ligue de football professionnel va adopter l'arbitrage vidéo dès la saison prochaine en Ligue 1, annoncent à l'AFP, jeudi 14 décembre, selon plusieurs dirigeants de clubsLa mesure sera adoptée, sous réserve d'une validation de la Fifa. "Si tout est au point, on devrait commencer dès le début de saison" 2018/2019, a observé le président de la Fédération française (FFF), Noël Le Graët. 

Je crois que c'est une bonne initiative, tous les présidents de clubs le souhaitent, les arbitres aussi, les autres observateurs aussi je crois.Noël Le GraëtAFP

Utilisé dans quatre situations de jeu

L'arbitrage vidéo est déjà utilisé dans d'autres pays comme l'Allemagne et dans d'autres sports comme le rugby depuis 2001. Le système a ses détracteurs, qui lui reprochent des temps d'arrêt de jeu trop longs et de nombreuses coupures de rythme dans le match. L'arbitrage vidéo a été strictement encadrée par l'IFAB, l'instance garante des lois du jeu du football. Il ne peut être utilisé dans quatre situations de jeu : après un but marqué, sur une situation de penalty, pour un carton rouge direct ou pour corriger une erreur d'identité d'un joueur sanctionné. 

Comme le détaille Le Parisien, l’arbitre assistant vidéo est généralement situé dans une cabine hors du terrain. L'arbitre central peut le solliciter en cas d'action litigieuse ou bien l'arbitre vidéo peut lui-même informer l'arbitre s'il en voit la nécessité. L'abitre vidéo visionne les images et fait un compte rendu à l'arbitre central qui prend sa décision en fonction.