Incidents Lens-Lille : Roxana Maracineanu prône des "sanctions individuelles"

La ministre chargée des Sports souhaite diriger les sanctions sur les individus plutôt que les clubs ou les groupes de supporters.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, le 7 juillet 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Tout comme Bixente Lizarazu, interrogé par franceinfo, la Ministre chargée des Sports Roxana Maracineanu a prôné mardi sur BFMTV de recourir à des "sanctions individuelles" contre les supporters de football en cas d'incidents, incitant les clubs à se séparer des "aficionados" avec qui ils n'ont pas voulu "se fâcher jusqu'à présent"

"La Ligue a réagi rapidement et sévèrement et c'est ce qu'il faut faire", a-t-elle dit interrogée sur la sanction conservatoire prononcée lundi par la commission de discipline de la Ligue professionnelle de football (LFP) d'un huis clos à Lens pendant au moins deux matches, en attendant l'enquête sur les "graves débordements" samedi entre supporters lensois et lillois.

Eviter les sanctions collectives

Elle a exhorté "à nouer un dialogue plus fort" entre les clubs de football et les associations de supporters, prônant d'"aller vers des sanctions plus individuelles". "Il ne faut pas punir tout un stade, tout un groupe de supporters, parce qu'il y a des débordements qui concernent quelques personnes dans un stade", a-t-elle lancé.

"Il faut aussi que les clubs osent se séparer de certains 'aficionados' qui apportent un certain nombre d'abonnés et de supporters, avec lesquels, historiquement, les clubs n'ont pas voulu se fâcher", a-t-elle affirmé. "L'attirail des sanctions existe et il n'est pas suffisamment activé, j'en parlerai prochainement avec mes collègues de l'Intérieur et de la Justice, encore faut-il qu'il y ait des plaintes qui soient déposées", a-t-elle encore ajouté.

"Il faut qu'on réfléchisse ensemble avec les clubs, c'est leur devoir d'assurer la sécurité avec leurs stadiers, la formation des stadiers, qui ont peut-être perdu l'habitude d'être là (...)", a-t-elle dit. "Depuis le début de la saison, on a déploré quatre matches avec de tels incidents", a-t-elle regretté, ce qui "gâche les émotions et la passion que les supporters étaient contents de retrouver dans les stades", glissant au passage que l'Etat avait bien aidé les clubs financièrement pendant la crise notamment pour compenser les pertes de recettes de billetterie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.