Cet article date de plus de huit ans.

Barton convoqué par la commission de discipline

Le milieu de terrain anglais Joey Barton (Olympique de Marseille) a été convoqué le jeudi 28 mars par la commission de discipline de la LFP, saisie par la commission de visionnage pour un "geste" sur Fabrice Nsakala (Troyes) lors du match OM-ESTAC du 2 mars, a annoncé aujourd'hui la LFP. La commission de visionnage se borne à mentionner, sans autre précision, un "geste" du "Bad Boy" du football anglais sur son adversaire troyen à la 34e minute de la rencontre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Pratiquement irréprochable depuis son arrivée en France, Joey Barton, va peut être connaître la première lourde sanction de son aventure dans l'Hexagone. Le 2 mars dernier, l'ancien des Queens Park Rangers s'était rendu coupable d'un geste dangereux sur Fabrice Nsakala, le défenseur troyen. Sur un duel aérien, à priori anodin, le pied de l'Anglais est venu heurter la hanche de son adversaire. Volontaire ou non, c'est ce que devra juger la commission de discipline le 28 mars prochain. Dans le cas où la commission jugerait ce geste volontaire, le milieu de terrain marseillais pourrait voir sa fin de saison s'écrire en pointillés.

Baup mécontent

L'entraîneur de l'OM a exprimé de son côté sa colère de voir son joueur convoqué pour ce geste. "J'ai vu dans d'autres macthes des gestes plus conséquents de la part d'autres joueurs et rien ne se passe à la commission de visionnage", a-t-il déclaré en conférence de presse. "Je n'accepte donc pas cette convocation. J'ai revu l'action contre Troyes et il n'y a pas grand-chose. On parle beaucoup de Barton mais il surprend plutôt tout le monde par sa maîtrise et son contrôle, il est plus axé sur la passe que sur l'engagement. On cherche la petite bête parce que c'est Barton pour faire mousser, pour créer le buzz", a insisté le technicien marseilais.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ligue 1

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.