INFO FRANCETV INFO. Action judiciaire contre Mon Petit Gazon : la Ligue de football professionnel calme le jeu

Alors qu'elle préparait une action en justice contre le jeu en ligne, la Ligue assure désormais qu'elle va privilégier "la concertation à l'action judiciaire".

Une composition d\'équipe sur le site du jeu Mon Petit Gazon, le samedi 16 avril 2016.
Une composition d'équipe sur le site du jeu Mon Petit Gazon, le samedi 16 avril 2016. (MON PETIT GAZON / FRANCETV INFO)

La Ligue de football professionnel recule. Après les révélations de francetv info sur son offensive judiciaire contre le jeu en ligne Mon Petit Gazon (MPG), vendredi 15 avril, la LFP a décidé de temporiser. "Le nouveau directeur général exécutif, Didier Quillot, vient d'arriver. Il découvre ce dossier. Il privilégie la concertation à l'action judiciaire", assure l'instance à francetv info samedi.

Lancé en 2011, Mon Petit Gazon est un jeu qui permet à ses 200 000 joueurs de piocher dans les effectifs de Ligue 1 pour bâtir une équipe et affronter leurs amis. Nommé officiellement vendredi directeur général exécutif, Didier Quillot, ancien patron d'Orange France, est le nouvel homme fort de la LFP. Et il semble vouloir changer les méthodes de la Ligue, après le départ précipité de Frédéric Thiriez de la présidence.

"Ça fait plaisir"

"Les nombreux messages de soutien qu'ont envoyés les fans de Mon Petit Gazon ont donc porté leur fruit, ça fait plaisir", se félicite de son côté Grégory Rota, l'un des fondateurs du jeu. Vendredi, en réaction aux informations de francetv info, de nombreux joueurs de MPG avaient en effet exprimé leur mécontentement sur les réseaux sociaux. Le compte Facebook de Mon Petit Gazon avait même appelé ses abonnés à protester auprès de la LFP. 

Les joueurs de Mon Petit Gazon peuvent donc souffler, même si Grégory Rota reste prudent quant aux intentions de la LFP, qui produit un jeu similaire : "Nous sommes ouverts aux concertations, tant qu'elles sont équitables et qu'elles prennent en compte ce qu'offre Mon Petit Gazon à la Ligue 1."

La LFP a dû saisir l'ampleur de l'engouement derrière ce jeu.Grégory Rotafrancetv info