Le parquet de Paris ouvre une enquête après des violences racistes de supporters de Chelsea dans le métro parisien

Des fans du club londonien, filmés par un Britannique, ont empêché un homme noir de monter dans la rame et ont revendiqué leur racisme en chanson en marge du match de Ligue des champions entre le PSG et Chelsea, mardi.

Capture d\'écran d\'une vidéo montrant les supporters de Chelsea accusés de racisme dans le métro parisien, le 17 février 2015.
Capture d'écran d'une vidéo montrant les supporters de Chelsea accusés de racisme dans le métro parisien, le 17 février 2015. ( YOUTUBE)

La justice française n'a pas tardé à réagir. Après la diffusion d'une vidéo où des supporters du club de football de Chelsea empêchent un homme noir de monter dans une rame de métro parisien, mardi 17 février, le parquet de Paris a décidé d'ouvrir, mercredi, une enquête pour "violences volontaires en raison de la race dans un moyen de transport collectif", indique L'Express.fr. Un délit passible de trois ans de prison et 45 000 euros d'amende.

La scène se déroule dans le métro parisien à la station Richelieu-Drouot, peu de temps avant le match de Ligue des champions entre le PSG et Chelsea (1-1). Sur les images, les fans du club londonien ne se contentent pas de clamer leur racisme en chanson. Ils repoussent également avec force et à plusieurs reprises une personne de couleur qui tente de monter à bord de la rame du métro. "Les portes étaient ouvertes donc j'ai pu voir et entendre ce qu'ils chantaient, raconte au Guardian l'auteur de la vidéo, le Britannique Paul Nolan. Ils semblaient agressifs alors j'ai sorti mon téléphone pour filmer."

Scotland Yard propose sa collaboration

La police anglaise a proposé sa collaboration dans cette affaire. "Nous allons examiner la vidéo dans le but de voir s'il l'on peut procéder à des interdictions de stade ou empêcher des gens de se déplacer à l'avenir, précise le communiqué de la Metropolitan Police. Nous allons, évidemment, aider les autorités françaises à identifier les personnes impliquées et les soutenir dans les actions qui seront prises",  a annoncé Scotland Yard mercredi dans un communiqué.

"La Metropolitan Police prend très au sérieux ces faits, où qu'ils se soient produits", ajoute-t-elle.

L'UEFA décide de ne pas se saisir de l'affaire

Sepp Blatter, le patron de la Fifa, a condamné l'incident sur Twitter, estimant qu'"il n'ya pas de place pour le racisme dans le football".

Mais cela n'a pas suffi à convaincre l'UEFA, l'instance qui régit le football européen, de se saisir du dossier, qui aurait pu valoir des sanctions disciplinaires au club anglais.