Le numéro 2 de l'UEFA candidat lui aussi, une stratégie?

Parmi les huit candidats à la présidence de la FIFA, figure le numéro 2 de l'UEFA. Ce plan B des instances européennes du football n'est pas pris par tous comme une mauvaise nouvelle pour Michel Platini.

(Infantino candidat de l'UEFA à la tête de la FIFA est-il toujours l'ami de Platini ? © MaxPPP)

Les candidatures pour la présidence des instances internationales du football sont closes depuis minuit avec une annonce de dernière minute. Le numéro 2 de l'UEFA, Gianni Infantino, se présentera au fauteuil laissé par le président démissionnaire Sepp Blatter. La trajectoire présidentielle de Michel Platini, l'actuel président de l'UEFA a été stoppée dans le sillage de l'affaire d'un versement financier controversé. Comment interpréter cette candidature surprise ? Est-ce un coup bas à Platini ou au contraire un calcul en sa faveur ?  

A LIRE AUSSI ►►►Corruption à la Fifa : Blatter et Platini suspendus 90 jours

La candidature de Gianni Infantino au poste pressenti par son patron a indéniablement surpris, au point que certains évoquent un coup dur. Mais selon l’entourage de Michel Platini, il n’y a pas eu de rupture entre les deux hommes. Ils auraient même discuté de cette candidature de circonstance la semaine dernière avec l’objectif d’éviter qu'un autre président de fédération profite du flou actuel pour se lancer dans la bataille.

Infantino et Platini sont réputés très proches. Ils sont arrivés la même année à l'UEFA. Tous les deux partagent une vision commune du football, notamment sur le fair play financier. Gianni Infantino est le bras droit de Michel Platini et il serait d'accord pour se retirer si jamais l'ex numéro 10 des Bleus était finalement en mesure de se présenter. Quoiqu’il soit, ce qui ressemble à une stratégie permet à l'Europe d'être certaine d’avoir un candidat le 26 février à la présidence de la FIFA. L'UEFA n'a pas du tout l’intention de passer son tour. Les réflexions sont à cette hauteur alors que cet été l’ambition était totale. Personne n'imaginait un seul instant que le fauteuil de patron du football mondial pouvait lui échapper...