Corruption à la Fifa : Blatter et Platini suspendus 90 jours

La commission d'éthique a suspendu le président de la Fifa Sepp Blatter, le président de l'UEFA Michel Platini, et Jérôme Valcke, le secrétaire général de la Fifa. "Ces personnes sont exclues de toute activité liée au football au niveau national et international", dit-elle.

(Sepp Blatter et Michel Platin © Maxppp/ Reuters / Eric Gaillard)

La décision prend effet immédiatement et, les deux hommes sont, de fait interdits de toute activité dans le football. Sepp Blatter, le président de la Fifa, déjà sous le coup d'une procédure pénale pour "abus de confiance" et "gestion déloyale", et Michel Platini, le président de l'UEFA ont été suspendus jeudi 90 jours par la commission d'éthique. Jérôme Valcke, le secrétaire général de la structure, est, lui, suspendu pour trois mois. "La durée de l'interdiction peut être prolongée pour une période supplémentaire ne dépassant pas 45 jours",  explique la Fifa dans un communiqué. 

Et la Fifa de préciser : "Pendant cette période, ces personnes sont exclues de toute activité liée au football au niveau national et international" . En attendant, le patron du foot africain Issa Hayatoua été désigné président par intérim.

En début de matinée, jeudi, avant que cette décision ne soit officialisée, Michel Platini avait indiqué dans un communiqué : "Je me battrai jusqu'à ce que la vérité éclate. Personne ne doit douter de cela."  Cette suspension n'écarte pas automatiquement la candidature de Platini à la présidence de la Fifa : "cette question n'est pas pour le comité d'éthique mais pour la commission électorale de la Fifa, qui sera chargée d'en étudier la validité",  a dit le porte-parole de la commission d'éthique Andreas Bantel.

L'UEFA a, en fin de journée, formellemnt apporté son soutien à Platini, qui va faire appel.

Sepp Blatter a lui réagi via un communiqué de ses avocats. "Le président Blatter est déçu que la Commission d'éthique n'ait pas suivi le code d'éthique et le code disciplinaire" qui offrent à une personnalité mise en cause la possibilité "d'être entendue".  

L'opération "Mains propres" ne va pas s'arrêter, pronostique Jacques Vendroux, directeur des Sports de Radio France
--'--
--'--

 

"C'est un coup dur pour le football" Philippe Piat, président du FIFpro, le syndicat mondial des footballeurs professionnels
--'--
--'--

L'ancien vice-président suspendu six ans

Outre ces trois hommes, Chung Mong-joon, ex-vice-président de la Fifa et déjà candidat à la succession de Sepp Blatter, n'a plus le droit d'exercer d'activités dans le football pour une durée de six ans. "Il a été trouvé coupable d'avoir enfreint l'article 13 (règles générales de conduite), l'article 16 (confidentialité), l'article 18 (Obligation d'information, de coopération et de rapports), l'article 41 (Obligation des parties de collaborer) et de l'article 42 (Obligation générale collaborer) du Code d'éthique de la FIFA" indique le communiqué de la Fifa. 

Ces suspensions sont annoncées alors que la Fifa est au coeur de plusieurs scandales. Deux enquêtes judiciaires sont en cours, en Suisse où siège l'instance internationale qui gère le football mondial et organise notamment la Coupe du monde, l'autre aux Etats-Unis. Fin septembre, Jack Warner, ex-président de la Fifa, avait été suspendu à vie