Cet article date de plus de huit ans.

La censure constitutionnelle de la taxe à 75% réjouit les footballeurs

La Ligue de Football qualifie de "belle et indispensable victoire collective" l'annulation de la taxe sur les revenus supérieurs à un million d'euros, décidée samedi par le Conseil Constitutionnel.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Frédéric Thiriez, président de la Ligue de football professionnel de 2002 à 2016, le 12 octobre 2012 à Paris. (FRANCK FIFE / AFP)

C'est une "belle et indispensable victoire collective" selon la Ligue de football professionnel. Rien à voir cependant avec un match de foot remporté par une équipe française. La LFP s'est félicitée de l'annulation samedi 29 décembre par le Conseil constitutionnel de la taxation exceptionnelle à 75% pour les revenus supérieurs à un million d'euros. "Le football professionnel a eu bien raison de se battre !", a déclaré dans un communiqué le président de la LFP, Frédéric Thiriez, opposant de longue date à la mesure fiscale phare de François Hollande.

"Depuis le début, nous tirons la sonnette d'alarme sur les dangers d'une telle taxation. Dangers pour le football français avec des conséquences désastreuses pour les clubs sans que les finances publiques s'y retrouvent, au contraire, avec l'exode des meilleurs joueurs" explique le patron du foot pro français. "Nous nous sommes donc battus, y compris devant le Conseil constitutionnel et nos observations ont été entendues", s'est-il ensuite félicité.

Il y aura un match retour

Pendant la campagne présidentielle, Frédéric Thiriez, comme de nombreux représentants du foot pro français, s'était déjà élevé contre le projet de François Hollande de cette taxer visant les riches français. En septembre, il avait condamné l'"effet désastreux sur la compétitivité du football français" qu'aurait eu cette taxe, dans un texte cosigné avec Jean-Pierre Louvel, le président du syndicat des clubs professionnels et Philippe Piat, résident de l'UNFP du syndicat des joueurs professionnels. Un argumentaire contre cette taxation avait été envoyé au Conseil constitutionnel.

Impossible de savoir si l'argumentaire des représentants du foot pro français a pesé dans la décision des sages qui ont surtout pointé du doigt le mécanisme de cette taxe et non son principe, jugé "confiscatoire", notamment par l'UMP. Mais la bataille entre les monde du football professionnel et le gouvernement est loin d'être clos. Car dans la foulée de l'annonce de cette censure constitutionnelle, le Premier ministre a confirmé qu'un "nouveau dispositif" verrait le jour en 2013. Un match retour est donc programmé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.