Hommage à Marseille aux victimes de Furiani : "C'est un devoir de mémoire", explique le directeur de la communication de l’OM

"Beaucoup de spectateurs qui viennent au Vélodrome sont jeunes et ne savent pas forcément très bien ce qui s'est passé. Ce sera l'occasion de marquer cet évènement", justifie Jacques Cardoze alors que l'OM a maintenu la rencontre avec Feyenoord Rotterdam en demi-finale retour de Ligue Europa Conférence.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le 5 mai 1992, les tribunes du stade Furiani en Corse, s'effondraient alors que l'OM disputait la demi-finale du Championnat de France à Bastia causant la mort de 19 personnes. (ERIC CABANIS / AFP)

Trente ans, jour pour jour, après la catastrophe de Furiani, qui a fait 19 morts et plus de 2 300 blessés, un hommage sera rendu à Marseille avant le match OM-Feyenoord Rotterdam en demi-finale retour de Ligue Europa Conférence. "C'était pour nous évident et naturel de devoir marquer cet instant, c'est un devoir de mémoire", a expliqué jeudi 5 mai sur franceinfo Jacques Cardoze, directeur de la communication de l’OM.

>> Témoignages. "J'aurais préféré vivre une autre vie" : 30 ans après la catastrophe de Furiani, la mémoire à vif des rescapés

La loi du 14 octobre 2021 garantit qu'aucun match de football professionnel ne se jouera désormais en France le 5 mai, date anniversaire du drame de Furiani.

Mais l'Olympique de Marseille n'a pas demandé à changer la date du match. "On sait que cette loi s'applique sur les compétitions françaises donc on n'était pas en droit et en mesure de pouvoir demander autre chose" qu'un hommage. "L'UEFA a répondu très vite à nos demandes qui étaient presque des exigences."

Les joueurs marseillais porteront "un brassard noir"

Le match OM-Feyenoord Rotterdam n'est "pas comme les autres, on ne peut pas ne pas avoir de pensée par les familles des victimes. C'est la raison pour laquelle dès que la date du 5 mai a été connue nous avons demandé à l'UEFA de pouvoir organiser un hommage particulier à l'occasion de ce match", a expliqué Jacques Cardoze.

Les joueurs marseillais porteront "un brassard noir, il y aura une minute de silence observée avant le coup d'envoi, des images seront diffusées sur les écrans géants et un texte sera lu. On a l'impression que c'était hier alors que c'était il y a 30 ans. Beaucoup de spectateurs qui viennent au Vélodrome sont jeunes et ne savent pas forcément très bien ce qui s'est passé. Ce sera l'occasion de marquer cet évènement et de montrer qu'il ne faut pas oublier pour les victimes, pour tous ceux qui ont souffert et l'ensemble du football."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Foot

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.