Affaire Luis Rubiales : les joueurs de la sélection masculine fustigent le "comportement inacceptable" du président de la fédération espagnole

Les joueurs espagnols, rassemblés en sélection pour la trêve internationale, ont dénoncé le comportement de leur président lors de la finale de la Coupe du monde féminine.
Article rédigé par franceinfo: sport avec AFP
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié
Temps de lecture : 1 min
Alvaro Morata, Cesar Azpilicueta et Marco Asensio face à la presse, le 4 septembre 2023. (MAXPPP)

La sélection masculine espagnole s'exprime à son tour. Les joueurs de la Roja ont fustigé, lundi 4 septembre, le "comportement inacceptable" du patron désormais suspendu de leur fédération, Luis Rubiales, qui avait embrassé par surprise sur la bouche une joueuse de la sélection féminine, Jenni Hermoso, après sa victoire en Coupe du monde.

Saluant dans la victoire des joueuses espagnoles au Mondial un "événement historique", leurs homologues masculins ont "exprimé leur solidarité avec les joueuses, et déploré que leur succès ait été terni" par la polémique qui a suivi le comportement de Luis Rubiales lors de la cérémonie après la finale, ont-ils précisé dans une déclaration commune lue devant la presse par Alvaro Morata. "Nous souhaitons dénoncer le comportement inacceptable de M. Rubiales, qui n'a pas été à la hauteur de l'institution qu'il représente", ont-ils ajouté.

"Le football espagnol doit être source de respect, d'inspiration, d'inclusivité et de diversité"

"Nous nous situons fermement du côté des valeurs portées par le sport. Le football espagnol doit être source de respect, d'inspiration, d'inclusivité et de diversité, et doit donner l'exemple dans ses comportements, aussi bien sur le terrain qu'en dehors", ont encore poursuivi dans leur déclaration les joueurs, opposés à la Géorgie et Chypre au cours des prochains jours pour les qualifications pour l'Euro 2024.

Quelques minutes après le sacre mondial de la Roja, le 20 août à Sydney, le patron de la Fédération espagnole de foot (RFEF) Luis Rubiales avait embrassé sur la bouche par surprise la n°10 Jenni Hermoso, provoquant l'indignation internationale.

Poussé de toutes parts à la démission, Luis Rubiales avait annoncé se maintenir en fonction lors d'un discours fracassant où il avait dit qu'il n'allait pas partir "à cause d'un petit bisou consenti", et dénoncé un procès intenté par un "faux féminisme". Ce discours du 25 août avait été applaudi par la quasi-totalité de l'Assemblée générale de la RFEF, dont les sélectionneurs des équipes féminine et masculine. Ce dernier, Luis De La Fuente, s'étant ensuite excusé d'avoir applaudi.

Le soir même, les 23 joueuses de la Roja féminine, sacrées championnes du monde le 20 août, annonçaient qu'elles refusaient d'être convoquées pour la sélection tant qu'il n'y aurait pas de changement à la tête de la fédération.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.