Fair-play financier : le PSG a saisi le Tribunal arbitral du sport pour contester l'"examen approfondi" de son cas

L'organe de contrôle de l'UEFA avait ouvert une procédure en septembre 2017 après les acquisitions de Neymar et Kylian Mbappé, afin de savoir s'il n'y avait pas entorse au fair-play financier, règle qui veut qu'un club ne dépense pas plus que ce qu'il génère en propre.

Le PSG à l\'échauffement avant leur match contre Nîmes, lors de la 4e journée de Ligue 1, le 1er septembre 2018 au stade de Nîmes.
Le PSG à l'échauffement avant leur match contre Nîmes, lors de la 4e journée de Ligue 1, le 1er septembre 2018 au stade de Nîmes. (LODI FRANCK / SIPA)

Le club de foot du Paris Saint-Germain a saisi le Tribunal arbitral du sport (TAS) en septembre pour contester l'"examen approfondi" de son cas dans le cadre du fair-play financier, a indiqué le club à l'FAP dimanche 4 novembre, confirmant une information du Journal du Dimanche.

L'organe de contrôle de l'UEFA avait ouvert une procédure en septembre 2017 après les acquisitions de Neymar et Kylian Mbappé, pour un montage à plus de 400 millions d'euros. Objectif : savoir s'il n'y avait pas entorse au fair-play financier, règle qui veut qu'un club ne dépense pas plus que ce qu'il génère en propre. Les sanctions peuvent aller de l'amende à l'exclusion des compétitions européennes. Le dossier avait été classé en juin 2018 avant d'être rouvert pour "examen approfondi" en septembre 2018.

Une situation qui exaspère le PSG, comme l'a confié vendredi Jean-Claude Blanc, directeur général délégué du club."On est suspendu à la décision de l'UEFA." "Cette incertitude (...) serait intolérable dans n'importe qu'elle autre industrie, où l'entité censée réglementer le marché viendrait décider quel acteur a le droit d'investir et quel acteur n'en a pas le droit", proteste encore le responsable parisien.

Vendredi, les "Football Leaks" ont accusé le PSG et l'ancienne direction de l'UEFA (Michel Platini et Gianni Infantino à l'époque) de petits arrangements autour du fair-play financier pour ne pas sanctionner trop lourdement le club en 2014. Ce que le PSG réfute.