Cet article date de plus de neuf ans.

Un entraîneur de foot français porte plainte contre l'émir du Qatar

La plainte a été déposée pour "recel d'escroquerie, conditions de travail contraires à la dignité et tentative d'extorsion de fonds".

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'émir du Qatar, le cheikh Tamim ben Hamad Al Thani, le 2 avril 2014 à Khartoum (Soudan). (EBRAHIM HAMID / ANADOLU AGENCY / AFP)

L'ex-entraîneur français de deux clubs de football qataris a déposé plainte, mercredi 23 avril, à Paris, contre l'émir du Qatar, a indiqué son avocat. La plainte a été déposée pour "recel d'escroquerie, conditions de travail contraires à la dignité et tentative d'extorsion de fonds", a déclaré Me Berton, en charge du dossier. Il a précisé que le cheikh Tamim ben Hamad Al Thani était visé non en tant qu'émir, mais en tant que président du comité national olympique (CNO) du pays.

L'entraîneur, Stéphane Morello, affirme avoir été trompé par les deux clubs qu'il a entraînés durant son séjour au Qatar. A l'été 2007, il est recruté par le Al Shahaniya Sport Club avec, pour parrain, le comité national olympique du Qatar, présidé par le cheikh Tamim Ben Hamad Al-Thani. La loi qatarie exige en effet un parrain pour tout étranger voulant travailler au Qatar, en l'occurrence le CNO du Qatar. Stéphane Morello est payé jusqu'à l'été 2008. C'est alors que son contrat est unilatéralement rompu, indique son avocat, et qu'il n'est plus rémunéré pendant environ trois mois.

Toujours sous le parrainage du CNO du Qatar, Morello est de nouveau recruté, à compter du 22 octobre 2008, mais par un autre club, le Al Shamal. Mais ce dernier interrompt, lui aussi, ses paiements à la fin décembre de cette année-là. 

Interdit de quitter le territoire

Toujours selon Me Berton, ayant réclamé son dû, Stéphane Morello se voit interdire de quitter le pays. Sans visa de sortie et privé de ressources, il se retrouve sous la pression du CNO qui lui réclame 250 000 euros en compensation du logement qu'il lui avait fourni par contrat. 

Afin de pouvoir quitter le territoire, l'entraîneur français signe en octobre 2013 une reconnaissance de dette du même montant, afin d'obtenir un transfert de parrainage. Le lycée Bonaparte de Doha, où travaille sa compagne, est alors devenu son sponsor officiel. Entre-temps, le président du comité olympique du Qatar est devenu l'émir du pays, en juin 2013.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.