Foot : comment l'avant-match de France-Albanie a failli tourner à l'incident diplomatique à cause d'un hymne national

Une série d'erreurs rocambolesques avant le coup d'envoi de la rencontre ont obligé la Fédération française de football à s'excuser auprès de son homologue albanaise. 

Les joueurs de l\'Albanie durant les hymnes lors du match France-Albanie samedi 7 septembre 2019 au Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).
Les joueurs de l'Albanie durant les hymnes lors du match France-Albanie samedi 7 septembre 2019 au Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Si la victoire des Bleus face à l'Albanie (4-1) a été tranquille, l'avant et l'après-match ont été beaucoup plus mouvementés. Au moment des hymnes, la sono du Stade de France a lancé l'hymne... d'Andorre, ce qui a provoqué l'incompréhension des joueurs et du staff albanais et la colère des supporters. Cette erreur a été suivie d'une deuxième quelques minutes plus tard puisque le speaker a demandé pardon aux joueurs... arméniens. Une série de couacs que vous raconte franceinfo.

Que s'est-il passé ?

Un peu avant 20h45, les 22 joueurs et les arbitres entrent sur la pelouse. Protocole oblige, l'hymne de l'équipe qui se déplace va être joué en premier. Les Albanais, soudés, attendent l'Himni i Flamurit ("Hymne au drapeau"). Mais dès les premières notes, les joueurs se regardent, interloqués. Ce n'est pas l'hymne albanais mais celui d'Andorre, prochain adversaire des Bleus, qui est joué. Des sifflets descendent des tribunes.

La Marseillaise retentit ensuite, accompagnée également par des sifflets. L'erreur est vite repérée. Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, présent en tribunes, adresse immédiatement ses excuses à l'ambassadeur et à son homologue de la Fédération albanaise, tous deux assis à ses côtés. "J'ai dit à mes joueurs de ne pas jouer tant qu'ils n'entendaient pas l'hymne national, mais je crois que ça s'est bien passé" finalement, a raconté en conférence de presse le sélectionneur de l'Albanie, Edoardo Reja.

Après quelques minutes de flottement, Max, le speaker du Stade de France, connu pour ses années d'animateur sur Fun Radio, pense bien faire en présentant des excuses au nom des instances dirigeantes. "Il y a eu une erreur d'hymne. Nous présentons nos excuses aux supporters d'Arménie et allons jouer l'hymne arménien !" lance-t-il au micro. L'erreur de trop ? Une erreur "inadmissible", rapporte une source de la FFF au Figaro. "Il aurait dû d'autant plus faire attention qu'il venait d'y avoir une erreur", atteste Jean-Pierre Paoli, ancien speaker de l'équipe de France et du PSG, contacté par franceinfo. Heureusement, c'est bien l'hymne albanais qui retentit. Le coup d'envoi du match, prévu à 20h45, est donné avec sept minutes de retard.

D'où vient l'erreur ?

Comment une telle erreur a-t-elle pu arriver ? Le calendrier, déjà. Après avoir joué l'Albanie samedi soir, les hommes de Didier Deschamps affrontent Andorre mardi 10 septembre, toujours au Stade de France. Mais si erreur il y a, elle est avant tout humaine. Le Parisien retrace le fil des événements. En amont de la rencontre, la FFF échange avec des prestataires de service chargés de l'animation du stade. Un premier fichier, l'hymne albanais, est envoyé.

Dans la foulée, l'hymne andorran est aussi reçu par la Fédération. Les deux ont été confondus car les fichiers ont été renommés avec les initiales des équipes. France-Albanie est devenu FRAALB, et France-Andorre FRAAND. Des terminologies assez similaires qui ont créé la confusion et ont induit le DJ du stade en erreur.

C'est quand même grave, d'autant qu'il y a des répétitions avant la rencontre. L'hymne, tu l'écoutes et tu le cales.Jean-Pierre Paolià franceinfo

"On est passés pour des cons, confie un membre de la FFF au Figaro. C'est une erreur d'inattention et de débutant."

Comment les équipes ont-elles réagi ?

Au vu des regards des Albanais au moment du premier hymne, il est évident qu'ils ont peu goûté cette erreur. "Je ne suis ni choqué ni en colère. Mais, le bon terme, c'est que je trouve cela irrespectueux", a assuré au Parisien Lorik Cana, ancien international albanais. Le défenseur albanais Frédéric Veseli est revenu sur cet incident après la rencontre : "On était vraiment surpris d'entendre que ce n'était pas notre hymne. Pour nous, il n'était pas question de jouer tant que notre hymne n'était pas passé. C'est une erreur que l'on peut commettre. Cela ne nous était jamais arrivé jusqu'à présent, mais l'erreur est humaine. Peut-être qu'avec un petit contrôle avant le match, cela aurait pu être évité."

J'ai vu que le public avait ensuite applaudi pendant notre hymne. C'était un beau geste.Frédéric Veselien zone mixte

Du côté français, on n'a pas vraiment compris ce qu'il se passait. "On a été un peu surpris, souffle Antoine Griezmann. C'est une grosse erreur à ne pas reproduire." "La demande des Albanais de rejouer leur hymne était légitime", ajoute le capitaine Hugo Lloris. Même si ces minutes de flottement ont été longues – "Ça a duré presque 10 minutes", a souri Olivier Giroud –, les Bleus n'ont pas été perturbés. "C'est quelque chose qui ne devrait pas arriver, malheureusement, c'est arrivé. On a discuté avec l'arbitre, je comprends totalement la position des Albanais", a conclu le sélectionneur Didier Deschamps.

Ce couac a-t-il eu des conséquences ?

L'affaire n'est pas restée confinée à l'enceinte du Stade de France et est remontée jusqu'aux plus hautes sphères de l'Etat. Invité de franceinfo dimanche 8 septembre, Dritan Tola, l'ambassadeur de l'Albanie en France, a estimé que c'était un "incident très regrettable". "Mais l'erreur est humaine et des erreurs peuvent être commises partout", a-t-il tenu à relativiser. Pour corriger le tir, la France a donc présenté ses excuses. D'abord par Noël Le Graët dans les tribunes.

Noël Le Graët, ce n'est pas le genre à s'excuser, ça n'a pas dû lui faire plaisir, il n'aime pas trop être pris en défaut, mais il était obligé, c'est une nation qui a été touchée.Jean-Pierre Paolià franceinfo

Des "personnalités parmi les plus hautes de la France" lui ont emboîté le pas. Ainsi, Emmanuel Macron "a présenté ses sincères excuses pour la gaffe scandaleuse de la Fédération française de football avec notre hymne national", a écrit le Premier ministre albanais, Edi Rama, sur son compte Twitter

Ces messages de personnalités, mais aussi d'anonymes, ont été appréciés "comme signe d'amitié sincère entre Français et Albanais", s'est réjoui l'ambassadeur albanais. Il a fini par une note d'humour : "Nous devons espérer que lors du match entre la France et l'Andorre, mardi prochain, ne sera pas joué l'hymne albanais. Peut-être que ce petit incident montre que l'apprentissage de la géographie et de la géopolitique reste une matière et une affaire importante, aussi bien à l'école qu'au cours de la vie ? En France comme partout ailleurs !"