Cet article date de plus de cinq ans.

Euro 2016 : affrontements entre supporters anglais et des Marseillais sur le Vieux-Port

Deux personnes ont été interpellées à la suite de ces heurts, jeudi soir.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture écran de la vidéo de "La Provence" montrant des affrontements entre policiers et supporters anglais, vendredi 10 juin 2016. (LA PROVENCE)

Le coup d'envoi de l'Euro 2016 n'est pas encore été donné, mais la soirée a déjà été mouvementée, jeudi 9 juin à Marseille. Environ 200 supporters anglais ont été dispersés à l'aide de gaz lacrymogène par la police, après que des heurts ont éclaté entre des sujets de Sa Majesté et des Marseillais.

> Suivez les dernières informations de l'Euro dans notre direct.


Euro : affrontements entre policiers et... par LaProvence

Les incidents ont éclaté à proximité d'un pub irlandais, le Irish Pub O'Malley, situé sur le Vieux-Port, rapporte La Provence. Les supporters ont lancé des chaises et des tables du bar et quelques coups ont été échangés avec des Marseillais. 


Euro 2016 : chaude ambiance au O'Malley's sur... par LaProvence

"Etat islamique, où es-tu ?"

"Deux personnes ont été interpellées", a annoncé Pierre-Henri Brandet, le porte-parole du ministère de l'Intérieur à BFMTV. Selon le journal britannique Daily Mail (en anglais), certains supporters anglais auraient entonné des chants provocateurs à l'égard des Français, comme "Etat islamique où es-tu ?" et nombre d'entre eux étaient visiblement ivres.

Entre 300 000 et 500 000 supporters britanniques sont attendus en France durant l'Euro 2016, note Le Monde. Des supporters anglais sont arrivés à Marseille depuis plusieurs jours, en vue du match Angleterre-Russie, qui se tiendra samedi au stade Vélodrome. Comme d'autres pays, le Royaume-Uni a délégué des policiers pour aider leurs homologues français à identifier de potentiels hooligans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Euro 2021

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.