Cet article date de plus de huit ans.

Foot : après son élimination de l'Euro, l'Angleterre pense à engager Laurent Blanc

L'entraîneur français pourrait être choisi pour remettre au plus vite sur pied une sélection traumatisée par sa défaite contre l'Islande. Objectif : se qualifier pour la Coupe du monde 2018.

Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
L'ancien entraîneur du PSG Laurent Blanc, le 21 mai 2016 au Stade de France à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). (FRANCK FIFE / AFP)

Depuis que l'Islande a éliminé l'Angleterre (2-1), lundi 27 juin, en huitièmes de finale de l'Euro, les Anglais sont en quête de l'homme qui pourrait redresser la barre d'un bateau en train de couler. Selon plusieurs médias britanniques, notamment The Independent, la FA, la fédération anglaise, songerait à enrôler Laurent Blanc pour remplacer au plus vite Roy Hodgson, le sélectionneur qui a démissionné après l'élimination de l'Angleterre.

Si les journaux anglais insistent sur le nom de l'ex-entraîneur du PSG, c'est d'abord parce que celui-ci est libre. Depuis mercredi, le club parisien a officialisé son remplacement par l'Espagnol Unai Emery. Laurent Blanc est parti avec 22 millions d'euros d'indemnités, selon L'Equipe, et se retrouve surtout libre de s'engager où il veut. Remettre l'Angleterre sur pied semble à la portée du technicien français. Il avait  ainsi repris les rênes de l'équipe de France au lendemain du désastre de Knysna lors du Mondial 2010.

Arsène Wenger après une période d'intérim ?

L'autre facteur qui joue en faveur du Français est la présence, parmi les trois hommes chargés de désigner le nouveau sélectionneur, de David Gill, le vice-président de la fédération anglaise. Ce dernier est, en effet, l'ancien directeur exécutif de Manchester United, club où il a connu Laurent Blanc lorsque ce dernier était encore joueur chez les Red Devils, entre 2001 et 2003.

De nombreux autres prétendants sont également évoqués par divers médias outre-Manche. Les noms vont de l'ancien sélectionneur allemand Jurgen Klinsmann à Slaven Bilic, le coach croate de West Ham, auteur d'une saison à succès. La piste la plus chaude menait à l'origine à Gareth Southgate, l'actuel sélectionneur des moins de 21 ans anglais, récents vainqueurs du prestigieux tournoi de Toulon. Mais l'ancien défenseur international a décliné l'offre, selon la BBC.

Un autre français a vu son nom revenir avec insistance. Arsène Wenger pourrait avoir le profil de candidat idéal, comme le pense The Guardian, mais sa nomination fait face à un obstacle : il est sous contrat avec  Arsenal jusqu'en 2017. Il ne pourrait ainsi devenir sélectionneur de l'Angleterre qu'après une incertaine période d'intérim. Cette possibilité a bien été évoquée par Martin Glenn, le président de la Fédération anglaise de football, comme le relaie le Daily Mail.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.