Qualifications Euro 2025 : les Bleues retrouvent le sourire avec une victoire maîtrisée face à l'Irlande pour lancer leur campagne

Un mois après sa débâcle en finale de Ligue des nations contre l’Espagne, l’équipe de France a signé un succès court mais logique (1-0), vendredi, face à l’Irlande.
Article rédigé par Gabriel Joly - Envoyé spécial à Metz
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Les Françaises célébrant le but de Marie-Antoinette Katoto contre l'Irlande à Metz, le 5 avril 2024. (FRANCK FIFE / AFP)

Les Bleues repartent de l'avant. L'équipe de France a dominé, sans jamais trembler, des Irlandaises peu inspirées, vendredi 5 avril à Metz. Une réaction attendue des joueuses d'Hervé Renard, surclassées par les championnes du monde espagnoles fin février. Ce succès logique dissipe une partie des doutes survenus après cette finale de Ligue des nations perdue.

Pour l'occasion, le sélectionneur avait remodelé son système en titularisant Kenza Dali – sur le banc au Final Four – dans un milieu à trois. Un choix payant puisque la joueuse d'Aston Villa, dans tous les bons coups, a botté le coup franc qui a abouti à l'ouverture du score précoce de Marie-Antoinette Katoto sur une déviation de Maëlle Lakrar (6e, 1-0).

Les Bleues d'Hervé Renard reçoivent l'Irlande pour ce premier match éliminatoire de l'Euro 2025. Les joueuses du Trèfle concèdent une faute sur Sakina Karchaoui. Kenza Dali tire le ballon au second poteau et l'action est terminée par Marie-Antoine Katoto. La France mène 1-0.
Éliminatoires Euro 2025 : la France ouvre le score avec Marie-Antoinette Katoto Les Bleues d'Hervé Renard reçoivent l'Irlande pour ce premier match éliminatoire de l'Euro 2025. Les joueuses du Trèfle concèdent une faute sur Sakina Karchaoui. Kenza Dali tire le ballon au second poteau et l'action est terminée par Marie-Antoine Katoto. La France mène 1-0.

A l'initiative de la plupart des mouvements collectifs, elle aurait même pu bénéficier d'un pénalty lorsqu'elle a été accrochée dans la surface (28e). Avec un entrejeu tricolore actif dans le pressing à la perte, la domination des locales n'a souffert d'aucune contestation. Pour preuve, les Girls in Green n'ont jamais inquiété une Pauline Peyraud-Magnin, plus que tranquille dans les buts (première frappe subie à la 85e).

Les Bleues ont péché dans le dernier geste

Malgré tout, les Bleues ont une nouvelle fois péché dans le dernier geste, ne parvenant jamais à doubler la mise en dépit d'une flopée d'occasions (21 tirs, 8 cadrés). La faute à une défense adverse à cinq, difficile à contourner et contraignant les protégées d'Hervé Renard à des tirs trop lointains, à l'image de Kenza Dali et Sandie Toletti (14e, 32e, 40e, 45e+1). "Le deuxième but n'est pas venu, la gardienne a fait ce qu'il fallait pour qu'il ne vienne pas", a regretté au micro de France 3 Hervé Renard à l'issue de la rencontre.

Entrées en jeu comme leur capitaine Wendie Renard – dont le malaise en fin de match a fait craindre une commotion cérébrale avant que le staff n'évoque une "hypoglycémie" – Eugénie Le Sommer, d'une tête sur la barre transversale (65e) et Vicki Becho par deux fois (90e), ont été proches de faire bouger le score. En vain. Suffisant toutefois pour l'emporter et récompenser les 16 772 spectateurs du stade Saint-Symphorien, engagés dans leur soutien envers les Bleues entre olas lancées à la demi-heure et sifflets appuyés à chaque tentative de la gardienne irlandaise de casser le rythme.

Grâce à ce résultat acquis face au moins coriace de leurs trois adversaires (25e nation Fifa), les Françaises prennent la tête de leur poule de qualifications à l'Euro 2025 en Suisse. De bon augure avant un déplacement périlleux à Göteborg mardi, sur la pelouse de la Suède. Troisièmes du dernier Mondial, les vice-championnes olympiques ont concédé le match nul face à l'Angleterre à Wembley dans le même temps (1-1). Pour les Bleues, il s'agira de passer ce test grandeur nature afin de totalement retrouver la confiance, à moins de quatre mois des Jeux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.