Éliminatoires de la Coupe du monde 2022 : une équipe de France séduisante retrouve le chemin de la victoire face à la Finlande

Au terme d’une prestation bien plus aboutie que ses deux derniers matchs, l’équipe de France s’est imposée face à la Finlande mardi (2-0), mettant fin à une série de cinq rencontres sans victoire.

Article rédigé par
De notre envoyé spécial à Lyon - Denis Menetrier - franceinfo: sport
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Les Français célèbrent le deuxième but de Griezmann face à la Finlande, le 7 septembre (FRANCK FIFE / AFP)

Tout n’est pas encore parfait, mais la France est à nouveau une équipe qui gagne. Après cinq matchs sans victoire et deux nuls décevants la semaine dernière contre la Bosnie (1-1) et l’Ukraine (1-1), les Bleus se sont imposés mardi 7 septembre face à la Finlande (2-0). L’histoire retiendra que c’est dans un Groupama Stadium plein - 58 000 spectateurs étaient présents - que les champions du monde ont à nouveau assumé leur statut.

À 20h45, c’est avec la boule au ventre que les Français abordaient cette rencontre après une mauvaise série de résultats, un traumatisme à l’Euro encore ancré en eux et une perte de confiance plus que palpable. Deux heures plus tard, les Bleus vont mieux. Et plus que le résultat, c’est la manière qui a dû ravir Didier Deschamps et a incontestablement fait plaisir aux supporters du Groupama Stadium, qui attendaient l’équipe de France au tournant.

Pourtant, des questions se posaient du côté de Décines avant le coup d’envoi : la France se présentait dans une composition en 3-5-2, celle-là même qui avait provoqué son effondrement face à la Suisse à l’Euro (3-3, 5-4 aux t.a.b.). Mais force est de constater que, malgré l’absence de travail tactique lors de ce rassemblement, ce changement de système a fait du bien aux Tricolores, avec notamment un duo Pogba-Rabiot impeccable. Il permettait aussi et surtout de placer Antoine Griezmann au cœur du jeu, là où il se sent le mieux.

Un plan à trois parfaitement rôdé

C’est de lui que sont parties, ou que se sont conclues, toutes les actions françaises lors de cette rencontre. Le Groupama Stadium attendait impatiemment le retour de Karim Benzema à Lyon - et l’a fait savoir en scandant son nom à plusieurs reprises -, mais c’est bien Griezmann, l’ancien supporter lyonnais, qui ouvrait le score pour les Bleus d’un sublime extérieur du pied (25e). Sur le coup, c’est même un trio 100% lyonnais qui s’illustrait, avec le service d’Anthony Martial, formé à l’OL, pour Benzema à la passe décisive.

Pour une première à la tête de l’attaque, ce plan à trois semblait parfaitement rôdé au bout d’une vingtaine de minutes. Martial n’était pas présent sur la frappe de Benzema après un relai avec Griezmann (22e) mais les trois multipliaient les combinaisons sublimes (38e, 40e, 59e). Après son match mitigé en Ukraine malgré son but, l’attaquant de Manchester United a marqué des points mardi soir.

Et quand ce n’était pas Martial, c’est un autre Lyonnais qui se mêlait à la fête pour le plus grand plaisir des supporters du Groupama Stadium. À la suite d’une action de grande classe de Benzema, Léo Dubois servait Griezmann qui s’offrait un doublé dans un angle fermé (53e).

Son 41e but en bleu, qui lui permet d’égaler Michel Platini. Et malgré une dernière demi-heure moins animée, au cours de laquelle Benzema était proche de marquer (86e), Deschamps ne voulait pas gâcher le plaisir des 58 000 spectateurs, en maintenant son trio offensif en place jusqu’à la 80e minute et la sortie de Martial.

Quelques errances défensives

Mais évidemment, tout n’a pas été parfait. Après le match à Kiev, Deschamps et son capitaine Hugo Lloris demandaient davantage d’intensité offensive - ils ont été entendus mardi -, mais également défensive après plusieurs erreurs individuelles lors des derniers matchs.

Ce fut encore un peu laborieux, avec vingt premières minutes balbutiantes et une 87e minute au cours de laquelle Presnel Kimpembe et Theo Hernandez - malgré sa bonne première sélection - enchaînaient deux boulettes qui faisaient frémir les supporters tricolores. Des erreurs qui trahissent encore un manque de confiance et une certaine instabilité défensive.

Mais pour la première fois depuis cinq matchs, l’équipe de France ne concède pas de but. Et n’a surtout pas été menée. C’est peut-être un détail, mais pour les Bleus, ça veut dire beaucoup en cette période de crise de confiance. En s’imposant mardi dans un Groupama Stadium conquis, les joueurs de Deschamps conservent leur première place dans le Groupe D et s’offrent surtout une belle respiration. Qui aura le temps d’imprégner les esprits avant le match contre la Belgique dans un mois en demi-finale de la Ligue des nations.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Equipe de France de football

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.