France-Canada : les Bleues signent une victoire de prestige à trois mois de la Coupe du monde

Pour son deuxième match sous les ordres d'Hervé Renard, l'équipe de France s'est imposée contre les championnes olympiques en titre, au Mans, mardi soir.
Article rédigé par Maÿlice Lavorel - De notre envoyée spéciale au Mans
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Grace Geyoro après son but pour la France contre le Canada en amical au Mans le 11 avril 2023. (FRANCK FIFE / AFP)

Les Bleues d’Hervé Renard tiennent déjà leur premier succès de référence. L’équipe de France a décroché une victoire probante contre le Canada, mardi 11 avril, au stade Marie Marvingt du Mans (2-1). Après une première période au cours de laquelle elles ont dominé sans réussir à se montrer dangereuses, les Bleues ont fait le break dans le début du deuxième acte, grâce à deux buts de Grace Geyoro et Léa Le Garrec. 

Face aux championnes olympiques, à 100 jours du début de la Coupe du monde, les Françaises ont offert une prestation bien plus solide sur la durée que contre la Colombie, quatre jours plus tôt. Appliquées, elles ont dicté le tempo et tenté de construire méthodiquement leurs offensives dès qu’elles se sont retrouvées en possession du ballon. 

La délivrance en seconde période

Après une première période de domination stérile, elles ont fini par trouver la faille au retour des vestiaires, après deux bonnes occasions dans la surface canadienne. Bien servie par une Delphine Cascarino une nouvelle fois en jambes, Grace Geyoro a ouvert le score d’une belle tête décroisée (51e). Galvanisées, les Bleues ont pris confiance et Léa Le Garrec, entrée en jeu quelques minutes plus tôt pour sa première apparition en bleu depuis 2017, a doublé la mise d’une frappe lobée après une relance ratée de la gardienne adverse (64e). Elles auraient même pu ajouter une troisième réalisation, si Cascarino n'avait pas été signalée hors-jeu (89e).

Avant ces buts célébrés dans un grand éclat de joie, les Françaises avaient longtemps buté sur une équipe canadienne bien en place, et qui s’est peu découvert. Il leur a d’abord manqué le dernier geste, et un peu de puissance. A quatre reprises, les frappes trop molles de Cascarino et Mateo ont été captées sans trop de difficultés par la gardienne canadienne. 

Elles auraient également pu bénéficier d’un penalty quelques minutes avant le coup de casque de Geyoro, quand Eugénie Le Sommer s’est fait écraser le pied à l’entrée de la surface canadienne. Mais elles se sont accrochées, poussées par le coaching bruyant de leur sélectionneur, qui a multiplié les gestes d’encouragement.

Une défense rassurante

Les Bleues ont également retrouvé un peu de solidité défensive sur la pelouse humide du stade Marie-Marvingt. Face à une équipe qui pouvait se montrer dangereuse sur tous ses ballons, la défense à moitié remaniée avec les titularisations de Karchaoui et Cascarino a globalement tenu le choc. 

Remise sous pression après la réduction de l’écart canadien, sur une faute de main de Constance Picaud qui a vu le ballon lui glisser entre les gants, l’arrière-garde tricolore n’a pas craqué. De bon augure avant la grande échéance du Mondial cet été. Leur entrée en lice dans la compétition est prévue le 23 juillet, contre la Jamaïque.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.