Éliminatoires Euro 2024 : l'équipe de France valide une victoire sans éclat face à Gibraltar

Sur une pelouse en mauvais état, les Bleus ont gagné sans briller face à la modeste équipe de Gibraltar (3-0) et conservent la tête du groupe B.
Article rédigé par Denis Ménétrier, franceinfo: sport - De notre envoyé spécial à Faro
France Télévisions - Rédaction Sport
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min
Olivier Giroud a marqué le premier but de l'équipe de France contre Gibraltar au stade de l'Algarve, le 16 juin 2023. (FRANCK FIFE / AFP)

Face à Gibraltar, la question n’était pas de savoir si l’équipe de France allait s’imposer, mais de deviner le nombre de buts qu'elle inscrirait face à la 201e sélection mondiale au classement Fifa. En dépit d’une domination sans partage, les Bleus ne se sont imposés que de trois buts (3-0), vendredi 16 juin, face à cette faible sélection composée majoritairement de joueurs semi-professionnels peu habitués au niveau international.

Un coup de tête d'Olivier Giroud (3e), un penalty de Kylian Mbappé (45e+3) et un but contre-son-camp d'Aymen Mouelhi (78e) ont permis à la France d'assurer l'essentiel et de conserver la tête du groupe B des éliminatoires de l'Euro 2024. Mais peu de leçons pourront être tirées de cette rencontre, étant donné le niveau de l'opposition du soir et la pelouse médiocre du stade de l'Algarve qui n'a pas aidé les Tricolores à tirer le meilleur parti de leur possession outrageuse (82%).

Une ambiance de présaison

Face au bloc bas de Gibraltar, les joueurs de Didier Deschamps ont surtout paru trop lourds, certainement émoussés par la longue saison qui s’est achevée il y a plusieurs semaines pour certains. Trop approximatifs, parfois pas assez impliqués, à l’image de la première période de Kylian Mbappé, attendu de pied ferme après sa conférence de presse de jeudi, les Bleus ont peiné à trouver plus souvent le chemin des filets.

Ce match, souvent ennuyeux, devait pourtant permettre aux attaquants de peaufiner leurs statistiques en sélection. L’ouverture du score après trois minutes de jeu d’Olivier Giroud (3e) – son 54e but en Bleu – sur une passe de Kingsley Coman – décisif pour la première fois depuis novembre 2021 –, l’a d’abord laissé penser. Puis s’est installé un faux rythme dont les Bleus ont eu du mal à se départir, dans une ambiance étrange.

3 000 personnes seulement ont occupé les tribunes de l'antre portugais qui accueille la sélection gibraltarienne, alors qu'elle peut en contenir 19 000. Il faut dire que les Gibraltariens ne sont pas venus en nombre. Surtout, les habitants de Faro ont boycotté la rencontre en raison de places jugées trop chères. Les 1 300 supporters tricolores ont bien tenté de relever le niveau sonore, mais avec le soleil, la chaleur et les montagnes de l’Algarve en arrière-plan, la rencontre a inévitablement fait penser à un match de préparation d’avant-saison.

Les Bleus touchent du bois

S'ils ont fait le travail en l'emportant, les Bleus se sont tout de même fait une frayeur à 1-0, sur une tentative osée du milieu de terrain Ayoub El Hmidi, qui a terminé juste au-dessus des cages gardées par Brice Samba pour sa première sélection (34e). Les Tricolores ont beaucoup tiré (31 frappes), trouvé la transversale trois fois par Aurélien Tchouameni (29e, 89e) et Axel Disasi (90e), le poteau par Antoine Griezmann (52e) et fait briller Dayle Coleing, auteur de plusieurs arrêts (14e, 29e, 36e, 52e, 82e).

Kylian Mbappé a permis de creuser l’écart grâce à son penalty (45e+3) et comme les Français n’ont pas réussi à marquer eux-mêmes, Aymen Mouelhi les a aidés en trompant son propre gardien (78e). Globalement, la prestation des vice-champions du monde face à la 201e nation FIFA est inaboutie, surtout en deuxième période. Pas de quoi satisfaire Deschamps, dont les joueurs avaient peut-être déjà la tête aux vacances plutôt qu’à ce groupe B des éliminatoires qu’ils dominent. Il faudra encore disputer un match, contre la Grèce lundi au stade de France, avant de faire les valises.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.